Le Lion de Macédoine, de David Gemmell

Publié: 22 février 2012 par maedhros909 dans Fantasy, Littérature
Tags:, , , , , ,

Sur la gauche les cavaliers !

 

Nous sommes 400 ans avant Jesus-Christ au cœur de la Grèce antique.
Il s’appelle Parménion, il est moitié spartiate, moitié macédonien. Avant de devenir un « strategos d’exception », il lui faudra vivre avec et surmonter la haine et de l’humiliation que les jeunes Spartiates lui imposent.

Dans le tissu de tous les avenirs possibles, la vieille Tamis a pressenti le rôle qu’il doit jouer contre l’Esprit du Chaos et l’avènement du Dieu Noir. Il sera le Lion de Macédoine et la Mort des Nations.

Mais Sparte et ses traditions odieuses précipitent dans la mort Dérae, la seule femme qu’il ait jamais aimée. Pour Parménion il ne reste plus qu’un seul horizon : celui de la vengeance… Sparte doit tomber !

Grâce à lui, la ville de Thèbes parvient à vaincre l’envahisseur Spartiate, défaisant ses armées lors de la sanglante bataille de Leuctres. Peu à peu, Parménion, le mercenaire spartiate, la Mort des Nations, coule des jours paisibles.
Mais le Destin, inexorablement, tisse ses fils. Et au prix du sang, Parménion accompagnera Philippe, le jeune prince de Macédoine en exil à Thèbes, jusqu’à son trône légitime. Ensemble, ils devront lutter pour protéger le royaume de Macédoine des menaces humaines… et surnaturelles. Il devra par la suite, choisir entre sauver le fils du Roi de Macédoine choisit par le dieu noir comme corps de chair, ou le laisser, condamnant à la nuit celui qui restera le plus grand Roi de l’histoire : Alexandre…


Bien que beaucoup considèrent « Renégats » ou « Légende » comme les meilleurs livres de David Gemmell, j’ai toujours pour ma part eu une légère préférence pour la trilogie du Lion de Macédoine (sans que cela n’enlève à ces deux immenses romans).
Pour moi, il s’agit du premier livre de Gemmell que j’ai ouverts. Il est également l’incarnation même, un parfait avatar d’un genre à part entière et bien particulier : L’Uchronie-Fantasy. L’uchronie est une notion complexe qui rassemble à la fois l’Histoire au sens propre et la fiction. Littéralement « Non-temps », il s’agit de la réécriture fictive d’une partie de l’Histoire menant à des futurs etc. différent que celui que nous connaissons. Fréquemment utilisé en Science-Fiction, parfois dans la littérature classique, l’uchronie a également son penchant dans la Fantasy.

Ici nous sommes propulsés dans la Grèce Antique au sens large du terme. Gemmell a fait certainement beaucoup de recherches pour son ouvrage mais certains lui critiqueront pourtant probablement un manque d’informations historiques. Pourquoi ? Car il ne s’agit pas d’un livre d’Histoire Antique, ni même d’une uchronie « conventionnelle », il s’agit aussi de Fantasy. Et pour cela il ne faut pas oublier la mythologie antique, et ne pas uniquement réalisé une uchronie historique parfaite. De plus une sur-enchère de données historiques aurait clairement juré avec le style clair et rythmé, sans temps mort, caractéristique de Gemmell. L’auteur prend la décision donc d’inclure moins d’éléments historique à proprement parlé au profit d’éléments de fantastique.

Mis à part cela, le style de Gemmell est comme à son habitude très clair, limpide et rythmé. On ne se lasse pas de lire un livre de Gemmell pendant des centaines et des centaines de pages.
Et cela malgré que Gemmell prenne dans cet ouvrage un risque qui pourrait peut-être gêner certains lecteurs. Dans cette trilogie Gemmell fait la part belle à la stratégie militaire. Parménion le héros est un stratège de génie et Gemmell explore à fond et avec brio la possibilité de décrire le développement d’une bataille rangée, les revirements de situation, les stratégies de mouvements, de placements, les ruses etc. Personnellement c’est un thème qui m’attire énormément et je trouve ça vraiment bien décrit et très intéressant de la part d’un écrivain de s’y pencher de façon fluide, claire, rythmée et astucieuse comme le fait Gemmell ! Après je peux convenir que quelqu’un qui n’aime pas l’aspect général de la chose n’aimera pas le livre. Mais du reste il risque d’être déçu par l’ensemble des Gemmell qui ont tous leur lot de grosses batailles comme « Légende ».

En conclusion je dirai que « Le Lion de Macédoine » est pour moi le meilleur des Gemmell bien qu’il soit très difficile de pouvoir en tirer un « meilleur » par leurs qualités communes et leurs différences scénaristiques. Un « Classique » indispensable à la Fantasy ! Tout comme son auteur !
Note : 18/20

Publicités
commentaires
  1. […] ce que vous voulez ! Chez Gemmell il y a deux exemples d’Uchronie très frappants qui sont Le Lion de Macédoine où Alexandre le Grand et son épopée sont revisités et intégrés à une intrigue de Fantasy, et […]

  2. rp1989 dit :

    Je pense que je devrais lire le livre pour pouvoir comprendre son histoire (j’ai un peu de mal à la lecture seule de ce résumé).
    C’est sûr que si on aime les batailles et les épopées mythologiques, on devrait pouvoir aimer ce livre.

  3. […] je l’ai déjà expliqué dans mes commentaires sur Rigante, le Lion de Macédoine et L’Echo du grand chant les ouvrages de Gemmell appartiennent souvent à deux genres […]

  4. LadyButterfly dit :

    Une très bonne trilogie….avec celle de Troie, à mon sens.
    (Je ne vais pas mentionner Légende, etc…évidemment ^^)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s