L’Appel de Cthulhu (et autres nouvelles), de Howard Phillipe Lovecraft

Publié: 27 mars 2012 par maedhros909 dans Fantastique, Littérature
Tags:, , , , ,

L'Appel de Cthulhu !


Partout dans le monde renaissent des rituels hideux, typiques d’un culte blasphématoire que l’on croyait disparu à jamais : le culte de Cthulhu. Les peuplades primitives se révoltent pour adorer d’odieuses idoles à l’effigie de la monstrueuse créature céphalopode, endormie depuis des millions d’années dans sa demeure sous-marine de R’lyeh. Les temps seraient-ils venus ?

 À travers les États-Unis, quelques hommes courageux, comme le professeur Angell, de Providence, l’inspecteur Legrasse et le premier lieutenant Johansen, vont tenter de s’opposer au réveil de Cthulhu. Mais que peut le courage contre une abomination venue d’outre-espace, dont la simple vue suffit à vous faire perdre la raison ?

Cthulhu s'est réveillé !

 

Aujourd’hui je m’attaque à l’AUTEUR classique du fantastique à l’état pure ! Lovecraft !

Lovecraft a table !

Pas aussi connu qu’un Tolkien pour la Fantasy ou qu’un King pour l’épouvante et la SF, Lovecraft souffre surtout à titre posthume du manque de talent  (et/ou de moyens) des quelques réalisateurs qui ont osé porter à l’écran les horreurs des Grands Anciens.
Aussi vais-je commencer par une présentation. Howard Philippe Lovecraft a vécu entre 1890 et 1937, c’est la première des raisons qui font qui est, aujourd’hui relativement peu connu du grand public. La seconde et la plus rapide à expliquer est son style, clairement horrifique et fantastique. L’écriture est très dense, très descriptif, très sombre. Les créatures sont rarement décrites au sens propre du terme pour ajouter à l’épouvante du lecteur. Celles-ci d’ailleurs sont classées par des règles compliquées, selon leurs fonctions ou leur « âge » que l’on découvre au fil des nouvelles. Nombres de protagonistes n’apparaissent physiquement qu’une fois, pour des raisons que j’évoquerai plus tard, mais Lovecraft jouant sur la chronologie de ces récits peut les évoquer comme traces historiques ou « documentaire » pour certains autres personnages. La description est d’ailleurs rarement précis, on a que des idées du contenu, de la créature etc., l’impression qu’il ou elle dégage, ses effets mais très peu de descriptions détaillées. Le tout qui semble bien complexe gagne en qualité et en lisibilité par le seul et simple fait qu’il ne s’agit que de nouvelles, au mieux de livres-nouvelles comme « L’Appel de Cthulhu », ici résumé. La quasi-totalité des histoires ne se suivant pas réellement, il est possible de frémir d’effroi en lisant sa première nouvelle et en n’en connaissant aucune autre !

Une vraie fausse page du Necronomicon concernant Nyarlathotep (dit "le chaos rampant") ?

Venant maintenant au troisième point qui fait la réelle force de Lovecraft, mais aussi qu’il pourra jamais faire l’unanimité du grand public, les histoires elles-mêmes ! Auteur tourmenté, insomniaque, hystérique, paranoïaque, incompris et malade souffrant (cancer), Lovecraft est loin des auteurs conventionnels d’aujourd’hui. Il représente à lui seul déjà une certaine forme d’appréhension, son malaise rappelant la condition fragile de l’être humain. Et cette condition fragile est l’un des axes majeures de l’univers de Lovecraft. Il créa un panthéon de dieux, sombres, malsains et malfaisants, qui méprisent l’humain ou jouent avec lui. Cthulhu, Nyarlathotep, Azathoth, Yog-Sothoth ou Shub-Niggurath sont des exemples de « Grands Anciens » qui chacun à leur façon cherche à dominer (ou détruire) le monde ou d’autres divinités. Lovecraft créa avec son panthéon un mythe associé et raconte les cabales et les mysticismes associés qui longtemps laissèrent penser à ses lecteurs qu’il s’inspirait de réelles pratiques occultes enfoui qu’il aurait trouvé dans un vrai « Necronomicon » (« le livre des dieux obscènes ») déterré dans un cimetière de Providence. Les thèmes abordés sont toujours sombres et sérieux comme la connaissance de savoirs interdits, l’utilisation des nouvelles technologies, le destin, la culpabilité, la vanité, la religion et aussi bien sur l’influence extra-terrestre sur le monde. A noté que Lovecraft ne s’entant jamais caché d’un certain racisme joue énormément sur les concepts de race, classe sociale, classe politique et ethnies « primitives ». Des concepts largement repris et exploité à bon escients par les jeux et jeux de rôle consacré à cet univers prolifique.
Les personnages souvent tourmentés par les dieux qui jouent avec leur fragilité, finissent en général mort, fou ou disparaissent sans laisser de traces.

De nos jours donc Lovecraft reste, même dans l’ombre, la référence de l’horreur et du fantastique classique avec Edgar Allan Poe. Adulé par des dizaines d’auteurs « proches » comme King, vénéré par des centaines de geeks pour les jeux et jeux de rôles qui en sont inspiré, et lu encore et encore et encore par des milliers de lecteurs avides de percer les mystérieux et sombres secrets du Necronomicon (en vain!), Lovecraft était une énigme même pour ses contemporains et l’est encore plus pour nous. Mais dans son ombre et sa folie prolifique de monstres, de mysticismes, de magie, d’horreur et de mort, le « Mythe » lui vit pour toujours dans les cœurs comme le vieux Cthulhu dans sa demeure.
Note : 17/20

Dagon !

Toutes les œuvres de Lovecraft (ou ses élèves) se déclinent en nouvelles, je cite quelques unes de mes préférés (parfois même meilleurs à mon goût que l’ « Appel de Cthulhu » lui-même)

1917: Dagon
1917: La tombe (The tomb)
1919: Par-dela le mur du sommeil (Beyond the wall of sleep)
1919: La malédiction de Sarnath (The doom that came to Sarnath)
1919: Le témoignage de Randolph Carter (The statement of Randolph Carter)
1920: Les chats d’Ulthar (The cats of Ulthar)
1920: De l’au-delà (From beyond)
1920: Nyarlathotep
1920: L’image dans la maison déserte (The picture in the house)
1921: Ex Oblivione
1921: La cité sans nom (The nameless city)
1921: La tourbière hantée (The moon-bog)
1921: Je suis d’ailleurs (The outsider)
1922: Azathoth
1922: La peur qui rôde (The lurking fear)
1922: Le molosse (The hound)

Hommage à Lovecraft

1922: Ce qu’apporte la Lune (What the moon brings)
1922: Hypnos
1923: L’indicible (The unnamable)
1924: La maison maudite (The shunned house)
1924: Prisonnier des Pharaons (Imprisoned with the Pharaons)
1925: Lui (He)
1925: Dans le caveau (In the vault)
1925: Horreur à Red Hook (The horror at Red Hook)
1926: L’étrange maison haute dans la brume (The strange high house in the mist)
1926: L’appel de Cthulhu (The call of Cthulhu)
1927: La couleur tombée du ciel (The colour out of space)
1927: Histoire du Necronomicon (History and chronology of the Necronomicon)
1928: L’abomination de Dunwich (The Dunwich horror)
1930: Celui qui chuchotait dans les ténèbres (The whisperer in darkness)
1931: Les montagnes hallucinées (At the mountains of madness)
1931: Le cauchemar d’Innsmouth (The shadow over Innsmouth)
1933: Le monstre sur le seuil (The thing on the doorstep)
1935: Celui qui hantait les ténèbres (The haunter of the dark)

Advertisements
commentaires
  1. rp1989 dit :

    C’est drôle que tu parles d’Edgar Allan Poe car je pense que ces deux auteurs doivent avoir beaucoup en commun.
    En fait si j’ai bien compris, Lovecraft suscite l’effroi par la suggestion et le mystère (?).
    Je me demande aussi si les cultes dont il parle sont 100% inventés et ne révélerait pas chez lui un certain goût pour l’ethnologie?

    • maedhros909 dit :

      Tu as bien compris, Lovecraft, même si aujourd’hui on parvient à représenter physiquement quelques unes de ses divinités « maléfiques », ne les décrit que très rarement et jamais très précisément car elles étaient pour lui par définition « innommables » ou « indescriptibles » tant elles sont horribles et toutes puissantes.
      Pour ce qui est de Poe, je crois me souvenir que Lovecraft l’a pris en modèle un temps avant de s’inspirer d’un autre auteur dont j’ai oublié le nom pour le coté « dieux etc ».
      Sauf contre ordre (et même si le Necronomicon a longtemps été considéré comme existant vraiment) je pense que ces cultes sont 100% inventés. Certainement s’inspira t’il de certaines rumeurs et idées reçues (voire même histoires vraies) circulant au début du 20e siècle en plein colonialisme quant aux cultes de certaines ethnies éloignées et peu connues. Du reste Lovecraft était profondément raciste et antisémite ce qui explique également pourquoi ce sont régulièrement dans des lieux reculés et/ou étrangers où ces cultes ont lieu.

      • Holyman dit :

        Alors certe je fait un up de plus d’un an dans le futur, mais en effet, même si Lovecraft a créé son mythe, il s’est inspiré de mythes et de cultes bien réel. Je pense notament à Dagon qui est un dieu cannanéen et philistin et qui est d’ailleur présent dans la Bible. Et tu l’as dit toi même, il s’est inspiré de cultes ésotérique comme la Kabbale entre autres. Par contre le necronomicon a bien été inventé de toute pièce à moins qu’il ne se soit inspiré des trois Sefer kabbaliste. C’est d’ailleur étrange qu’il se soit tant inspiré de la Kabbale au vus de son antisémisme.

      • maedhros909 dit :

        Comme comme beaucoup d’auteurs de génie (Tolkien, Stoker, King etc) ses sources d’inspiration sont pluriels et fondues dans l’imaginaire d’un seul homme. Je pense tout de même que pas mal de ses divinités sont issus de ses cauchemars, après il leur a peut-être donné des noms qui existaient déjà et qui avaient (ou avaient pour lui) des significations précises.
        En effet même si (comme Stoker) il a toujours jouer entre fiction et réalité pour le Necronomicon, c’est une pure invention. Il me semble qu’il a pas toujours été antisémite/raciste aussi, ca s’est surtout développé à certaines périodes de sa vie, après il l’était toujours mais il y pensait pas.

  2. Rincewind dit :

    just gotta love HP Lovecraft and the artwork of Cthulhu is superb…

  3. ricola dit :

    si tu peux, regarde le film : Necronomicon…. C’est un sorte de « Contes de la crypte Like » sur le thème de lovecraft et de ses putains d’horreurs ! Moi j’ai passé un excellent moment avec !

    • maedhros909 dit :

      C’est celui en 3 parties faites par 3 réalisateurs différents? Si oui je n’arrive pas à le trouver en vf ou en vostfr même si je le cherche depuis longtemps. Tu l’as vu où ?

      • ricola dit :

        je l’ai télécharger en DVDRIP ! regarde Downparadise ou ailleurs sur google, tu tape = Necronomicon DVDRIP !!!!!! et y me semble que tu dis juste, j’en ai fais la critique y’a un moment donc me rapelle quasi plus mdr mais il était fidèle à l’esprit de mr lovecraft en tout cas, c’est sur !

  4. […] peau humaine. Cette lecture va lui inspirer trois histoires terrifiantes. Adapter les œuvres de HP Lovecraft a toujours été une tâche délicate pour le 7ème art. Outre l’excellent court-métrage […]

  5. […] Août avec 1386 et 1381 visites. * 53 articles publiés (contre 68 en 2013) * L’article sur l’Appel de Cthulhu reste l’article le plus vue 722 visites (contre 1729 en 2013). Il est cependant talonné […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s