Comme un roman, de Daniel Pennac

Publié: 24 novembre 2012 par maedhros909 dans Autre, Littérature
Tags:, , ,

Les droits imprescriptibles du lecteur ;

1- Le droit de ne pas lire
2- Le droit de sauter des pages
3- Le droit de ne pas finir un livre
4- Le droit de relire
5- Le droit de lire n’importe quoi
6- Le droit au bovarysme (maladie textuellement transmissible)
7- Le droit de lire n’importe où
8- Le droit de grappiller
9- Le droit de lire à haute voix
10- Le droit de nous taire

 

 
Une petite critique philosophique pour  moi qui suis plutôt l’avatar de la Fantasy et de la Science-Fiction. En effet cela faisait un moment que je pensais le relire sans passer le pas, c’est chose faite.

D’abord la première chose à savoir est que la « philo » n’est pas forcement (toujours) compliquée ! Et oui c’est avec une étrange simplicité qu’on avale les 200 et quelques pages de cet essai de Pennac. Et c’est avec une étrange attirance qu’on en vient à le finir à peine après l’avoir commencé pour peu qu’on aime la lecture soi-même (et que l’on aime rire car cela est très drôle et très bien écris).
Pennac développe dans son essai pourquoi la lecture (déjà lors de la parutrion) est devenue une sorte d’activité d’intellectuels et de geeks que l’immense majorité du monde semble avoir oublié ou la jugeant inutile ou compliquée. L’éducation de la jeunesse tant parentale que nationale est sévèrement critiquée et pointée du doigt comme une des principales raison au recul de la lecture et à la diminue généralisée de la largeur, de la hauteur et de la profondeur des bibliothèques (voir leur absence pur et simple) dans les foyers de France.

Pennac donne aussi un certain nombre de « conseils » aux parents qui seraient désespérés de voir leur enfant bloqué face aux livres. Enfin il rappelle aux lecteurs les quelques droits qu’ils possèdent  encore et que la lecture ne devrait pas être sacralisée mais vulgarisée, pas obligatoire et imposée mais sous-entendue et attendue.
La lecture est un loisir culturelle très avantageux sans être indispensable mais ne saurait être ni un devoir, ni une obligation.

Note : 15/20

(PS : Je précise que je risque d’avoir déformé certains aspects des réflexions de Pennac par oubli et par mélange avec ma propre façon de voir. J’ai essayé de ne pas débattre mais juste de parler de son essai qui du reste me semble juste même j’aurai été encore plus sévère que lui.)

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Très intéressant!
    C’est tout un débat, la culture, à nombreux tiroirs. L’essentiel, je crois est de lire un livre, on n’est pas forcément obligé de tous lire la même chose.
    Il faudrait réhabiliter vraiment la lecture.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s