Snowpiercer, Le Transperceneige de Bong Joon Ho

Publié: 13 novembre 2013 par maedhros909 dans Action, Aventure, Cinéma, Drame, Science-Fiction
Tags:, , , , , , ,
* Un train peut en cacher un autre! *

* Un train peut en cacher un autre! *

Date de sortie: 30 octobre 2013
Durée: 2h05
Titre original: Snowpiercer.
Réalisé par: Bong Joon Ho
Avec: Chris Evans, Song Kang-Ho, Ed Harris etc
Genre: Drame , Science fiction
Nationalité: Sud-Coréen

2031. Une nouvelle ère glaciaire est survenue à la suite d’utilisation d’agent chimique refroidissant dans l’atmosphère visant à stopper le réchauffement climatique.

Les derniers survivants ont pris place à bord du Snowpiercer, un train gigantesque condamné à tourner autour de la Terre sans jamais s’arrêter. Dans cette arche et ce microcosme futuriste de métal fendant la glace, a été recréée une hiérarchie des classes contre laquelle une poignée d’hommes entraînés par l’un d’eux tente de lutter. Car l’être humain ne changera jamais…

 

Dans un premier temps je tiens à préciser que j’ai pas lu la BD d’origine, si je l’évoquerai parfois c’est pour illustrer comment j’imagine l’histoire/l’action dans la BD par rapport à ce que j’ai pu voir à l’écran. Ce ne sont que de simples suppositions. Si vous connaissez la BD n’hésitez pas à affirmer ou infirmer ce que je dis en commentaire !

Attention cet article peut contenir quelques Spoilers même si j’ai essayé de faire attention !

 

Histoire / Scénario / Script :
Les Plus:
– L’idée de base d’utiliser un train qui ne peut s’arrêter comme huit clos à toute l’histoire et le transformer en « Arche de Noé » est vraiment un concept que je trouve intéressant et original. Les différents wagons (surement encore plus nombreux dans la BD) ont chacun un contenu différent, un rôle différent, une histoire différente. Certains font écho à l’aspect Post-Apocalyptique du film, d’autres à la lutte que mène les protagonistes et enfin certains ne sont que le théâtre d’affrontements. On pourrait penser dans un certain sens à la série « Lost » où les protagonistes ne savent pas ce qui se trouve dans les autres parties de l’île.
– Bien que cela soit un « classique », la lutte des classes dans un contexte post-apocalyptique pose de vraies questions. Les hommes peuvent ils vivre ensemble pour survivre ou préfèrent-ils penser en individu quitte à tout perdre ? La lutte pour égalité a t-elle un coût ? Une réponse possible à ces questions existentielles est évoquée à la fin du film et, cette dernière mise à part, le film traite dans l’ensemble parfaitement bien ces thématiques et des dérives auxquelles elles peuvent conduire ; comme celle d’un « Darwinisme imposé » par les puissants dans un environnement clos.
– Une autre des forces du film est que les personnages sont mortels. Par moment on se croirait presque dans The Walking Dead ou Game of Thrones qu’on regarderait en accéléré pour faire une autre comparaison avec des séries. Il est appréciable de prendre le risque parfois de tuer un personnage secondaire important dès la 30ème minute du film pour le remplaçait par un autre. A l’instar de The Walking Dead on comprend bien que le scénario calque celui de la BD, média dans lequel la mort de personnages est fréquente.
– Beaucoup de rebondissements parsèment le film et le rythment à la perfection. Les combats et les rapports de force sont en perpétuels mouvements pour le plus grand bien du spectateur.
– Certaines révélations bien que très prévisibles et attendues font échos au scénario post-apocalyptique. Certaines idées véhiculées sortent des sentiers battus et cadrent au ton du film.

Les moins:
– L’ère glaciaire est un thème devenu récurrent depuis quelques années même si elle vient cette fois d’une erreur humaine. Par conséquent bien que l’on soit captivé par le scénario on peut par moment y trouver de vieux souvenirs de précédents films. A noter toute fois que la BD a été publiée dans les années 80 et cette sensation ne vient que du fait de son adaptation très tardive au cinéma. Dans la même idée une des grandes révélations de fin de film, bien que calant au scénario, rappellera immanquablement la conclusion de Matrix2 et peut fortement nuire et embrouiller le spectateur.
– La toute fin. On la voit venir pendant la scène précédente comme l’iceberg devant le Titanic. En outre malgré l’effort notable (et extrêmement appréciable du reste!) de ne pas faire un banale « happy end », la fin du film semble bâclée et/ou incomplète. Un message passait t-il peut-être dans la BD mais pas à l’écran ? La BD avait telle une fin similaire: un cliffangher à la fois plein d’espoir mais n’offrant que peu de possibilités de vrais « bonnes fins » ? Une suite ?
De plus la nature même de la fin donne une réponse brutale et très caricaturale à l’intrigue « Lutte mais à quel prix » et fait disparaitre tout ce qui fait la nature même du film. Une happy end n’aurait pas été correcte non plus mais cette fin hybride entre conclusion morbide et très mauvaise ouverture à l’imagination de la suite laisse un gout amère.
– L’histoire des enfants ressemble à une vulgaire pièce rajoutée au service de l’intrigue. Servant dans un premier lieu à choquer puis dans le final à servir de prétexte au dénouement, elle aurait du être mieux exploitée ou retirée du scénario.
– Tout comme les personnages secondaires qui changent souvent, la BD/Comics a parfois/souvent un autre travers rituel : le retour du méchant après une mort, deux morts, trois morts… J’estime que cela est fait pour le support BD, mais à l’échelle et la vitesse d’un film et le laps de temps qui espace deux « retours du méchant » cela brise le suspens et la tension. De plus le retour d’un sbire de cette façon n’est pas très intéressant, surtout si il revient uniquement pour faire joli, se battre 30s et mourir 5min après (cette fois pour de bon!).

 

*Chaussure*

*Chaussure*

Réalisation / Rendu visuel / Effets spéciaux :
Les Plus:
– Tous les visuels sont magnifiques même si j’aurai préféré plus de plan du train vu de l’extérieur et d’interactions avec ce fameux monde enneigé (en plus d’un pont, d’un tunnel, deux-trois congères et l’intempérie de fin de film).
– Le rendu esthétique et les décors (tant coté « riches » que coté « pauvres ») sont très soignés et parfaitement en accord avec l’histoire.  Pour un film entièrement en intérieur il était important que les décors soient au plus haut niveau, et c’est le cas. Mention spéciale à la salle « steampunk  – années20 » et celle des rations de protéines des pauvres.
– La réalisation du film est également parfaitement soignée et orchestrée. Les combats sont à la fois brutaux mais sans que l’on ne voit rien de façon directe (à l’asiatique), les plans et les cadrages sont ingénieux, la lumière très bien maitrisée dans ce train clos au monde extérieur. Il n’y a pas grand chose à jeter !

Les Moins:
– Le point négatif côté réalisation est le décalage qui s’installe entre une première partie angoissante, perturbante et glauque (sans pour autant être incohérente avec le script) et une seconde qui se laisse glisser trop vers l’action brute. Je pense qu’en BD dans certaines scènes d’action  (je pense en particulier à un combat dans le noir) l’angoisse et la tension doivent être présentes, à l’écran après adaptation c’est surement beaucoup moins le cas.

 

Acteurs / Personnages :
Les Plus:
– La plupart des acteurs jouent correctement voire très bien leur rôle. Un casting impressionnant qui fait du très bon travail.
– Mentions spéciales pour John Hurt (Alien, Elephant Man, Contact, Harry Potter, Hellboy, V pour Vendetta, Doctor Who) et Ed Harris (Creepshow, Abyss, Apollo13, The Truman Show, Stalingrad) et Tilda Swinton (Constantine ; Narnia ; L’Étrange Histoire de Benjamin Button).
– On trouve dans le films des personnages importants de toutes les origines ethniques, ce qui est plutôt agréable et change des blockbuster grand public. Cela rappelle encore une fois Lost ou The Walking Dead qui réunissent également des personnages venant de partout dans le monde et cela sans dénaturer leur culture.
– De plus la plupart des personnages ne sont pas lisses, mais plutôt complexes et dans l’ensemble bien travaillés et bien interprétés.

Les Moins:

*Doctor? Ah non désolé erreur*

*Doctor? Ah non désolé erreur*

– Le personnage principal peut-être trop consensuel, trop « le gentil » malgré un passé sombre, ses grands doutes existentiels et, à la fin du film, un choix moral à la fin. De plus Chris Evans ne joue pas mal et a même un personnage beaucoup plus intéressant que certains autres qu’il a joué (hein Mr America!). Mais beaucoup d’acteurs auraient pu être à sa place sans que cela ne change grand chose.

 

Bande Originale / Bruitages :
Les Plus:
– Les bruitages tout autour du train et du huit-clos sont vraiment très sympas et participent grandement à l’ambiance du film.
– De plus la bande son est toujours bien en accord avec l’action en cours et nous plonge complétement dans l’intrigue.

Les Moins:
– J’ai beaucoup de mal à me souvenir de « thèmes musicaux » clairs. Peut-être la musique était-elle un peu effacée parfois au profit de l’action? Ou les thèmes ne sont-ils pas assez efficaces pour qu’on les mémorise?

 

Debrief du film:
En conclusion il y a beaucoup à dire sur ce film. A la fois novateur et de très grande qualité, il est aussi parsemé de défauts mineures (ou majeure pour la fin). Quoiqu’il en soit il ne laissera personne indifférent par son histoire, ses propos, sa prise de position. Sa réalisation et ses acteurs sont brillants et le film qui sort clairement des carcans hollywoodiens est très inspiré et constitue une excellente alternative SF aux blockbusters (Marvel?) tous plus lambda les uns que les autres. De plus il s’appuie sur un très fort visuel probablement tiré de la BD et d’un travail de design, de décors etc d’une qualité impressionnante. A voir et à débattre !
Note : 17/20

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Un film qui n’est pas sans défauts (un peu trash, une fin étrange) mais qui sort du lot des blockbusters du moment.

  2. […] des "simples" films d’amour clichés à souhait en exploitant un soupçon de SF. – Snowpiercer, de Bong Joon Ho : Un film "choc", aux thèmes plutôt sérieux, assez difficile […]

  3. […] ont travaillé sur le projet. Du reste je vais essayer de comparer le moins possible avec le super film de Bong Joon Ho. Néanmoins il m’a semblé complémentaire à la BD et je vais donc tout de même me […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s