Les Séances Oubliées

Publié: 20 novembre 2013 par maedhros909 dans Autre, Cinéma
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Je vous présente quelques-uns des films que j’ai vu plus ou moins récemment et sur lesquels je n’avais pas assez de choses à dire pour en faire de vrais gros articles (ou qui ont été mis de côté à cause d’un autre article).

* Un bien beau film *

* Un bien beau film *

Il était temps, de Richard Curtis (2013)
« Il était temps » c’est l’histoire d’un jeune homme de 21 ans tout bien tout honneur et propre sur lui qui découvre les désillusions de l’amour et de la vie. Seul particularité dans sa famille on peut remonter le temps pour changer le cours de son existence.
Un des meilleurs film romantique qu’il me fut donné de voir. Positif, drôle, passionnant, ce petit film britannique ne va pas trop loin dans les paradoxes temporels (sous peine de perdre son statut et d’entrer dans la SF) et exploite cette trame pour donner un sens à la vie du personnage principal qui apprend et évolue jusqu’à ne plus jamais avoir à remonter le temps. A voir au plus vite car très bien ficelé, rythmé et de grand intérêt.
Note: 16/20

 

 

* To be or not to be *

* To be or not to be *

Hamlet, de Kenneth Branagh (1996)
Hamlet est le prince du Danemark et son père vient d’être assassiné. Dès lors le propre frère du roi épouse sa veuve et monte sur le trône. Au cours d’une nuit le fantôme du roi révèle à Hamlet que son oncle est l’assassin de son père le roi et le prince jure de venger la mort de son père.
Au yeux du grand public international Kenneth Branagh est principalement connu pour incarner Gilderoy Lockhart dans Harry Potter. Personnellement je l’ai également vu dans Frankenstein et le public britannique le connait pour pleins d’autres rôles. A noter au passage qu’il réalise ce Frankenstein (qui est vraiment un très bon film!) et ce Hamlet (et réalise aussi Thor 1, mais cela ne doit pas être comparable!). Ici donc il s’agit de l’œuvre de Shakespeare retranscrite à l’écran avec un texte intégrale. Ce choix de parfaite adaptation est à la fois la force (en plus d’une flopée de très bon acteurs anglo-saxons) et la faiblesse du film. Certains monologues semblent étranges à l’écran et on y trouve quelques longueurs fatalement. Une expérience de cinéma atypique et de qualité qui fait découvrir Shakespeare à défaut d’être un film parfait!
Note: 13,5/20

 

 

* C'est l'homme ou l'armure qui fait le héros ? *

* C’est l’homme ou l’armure qui fait le héros ? *

Iron Man 3, de Shane Black (2013)
Iron Man est de retour très perturbé par les évènements d’Avengers et en pleine frénésie de travail. Malheureusement un sinistre terroriste qui se fait appeler le Mandarin fait régner la terreur sur le monde et les États-Unis et ira jusqu’à s’en prendre à Tony Stark lui-même.
Il est navrant de constater que la licence Iron Man peine à se renouveler et à faire de faire bonnes suites au très bon 1er opus. Et cela en plus malgré le charisme, la profondeur du personnage et le très bon jeu de Robert Downey Jr. La faute à un scénario caricatural, peu ambitieux et se basant sur les mêmes thèmes « d’actualités » que les précédents films (en massacrant au passage l’ennemi iconique de Iron Man). Meilleurs que le 2ème mais très en deçà de ce qu’on pourrait attendre.
Note: 13/20

 

 

 

*Ah les politiques*

*Ah les politiques*

Quai d’Orsay, de Bertrand Tavernier (2013)
Quay d’Orsay est le récit satyrique d’un auteur de discours au service du ministre des Affaires Etrangères. Malheureusement il va se rendre compte que la politique n’est pas aussi sérieuse qu’il le pensait.
Petite comédie française sans prétentieux, adaptation de la BD éponyme le film est bien interprété par de bons acteurs mais pêche un peu par sa répétition et quelques longueurs scénaristiques.
Note: 14/20

 

 

 

 

*Double paire*

*Double paire*

Maverick, de Richard Donner (1994)
Maverick est un joueur de Poker professionnel au Far-West. Ses talents lui attire beaucoup d’ennui. Il rencontre une belle joueuse dénuée de scrupules et un shérif austère et part à l’aventure jusqu’à un grand tournoi dont tous ne rentrerons pas indemne!
Le film est une comédie américaine sympathique de bonne qualité. Elle est essentiellement portée par le jeu des deux très bons acteurs principaux qui sont Mel Gibson et Joddie Foster mais souffre de pas mal de longueur et de défauts.
Note: 13,5/20

 

 

 

* Musique! *

* Musique! *

Inside Llewyn Davis, de Joel et Ethan Cohen (2013)
Llewyn Davis est un petit chanteur de Folk qui essaye de percer dans le New York des années 60-70 malgré une certaine dose de malchance et une réception mitigé du public.Je n’ai vu qu’un seul film des frères Cohen (et c’est True Grit, qui semble « atypique » par rapport à leur style) aussi je ne suis pas un grand expert. Le film est intéressant, rempli de très bon acteurs et réalisé avec le plus grand soin mais je reste perplexe quant au message et au scénario. Bien sur on peut analyser toutes les métaphores, les filigranes et y passer des heures mais le message direct reste extrêmement flou et pire il n’y a que peu d’évolution entre le début et la fin du film pour son personnage principale. A noter aussi que la musique Folk même si elle est très bonne finit par nuire (à mon sens) au rythme du film, peut-être est-elle présente en trop grande quantité. Mitigé et Perplexe mais très bon, atypique et intéressant donc.
Note: 14/20

 

 

* Sexe zombie et rock'n'roll!*

* Sexe zombie et rock’n’roll!*

Zombie Strippers, de Jay Lee (2008)
Aux États-Unis, dans un futur proche. Lors d’une éradication de zombies dans un laboratoire un soldat se fait mordre et parvient à sortir de l’enceinte. Il arrive jusqu’à un club de StripTease où il mord une des filles avant d’être tué. Mais la situation ne tourne pas au carnage car la jeune femme dégage beaucoup plus de sex-appeal en étant zombie qu’auparavant et fait les beaux jours du club moyennant un client de temps en temps ! Les autres filles doivent choisir entre devenir zombie ou tenté d’être aussi sexy en restant humaine.
Ce film fait pour moi parti des nanars sympathiques. Pourquoi sympathique ? Car il ne se prend pas au sérieux! Si le film restait sérieux comme dans sa première partie il aurait été un film de zombies extrêmement mauvais. Mais il s’avère que la suite du scénario est suffisamment loufoque pour combler le manque de qualité des acteurs, des décors, de la réalisation et manque les incohérences constantes de tous les autres aspects de l’histoire. Quelques scènes cultes comme le combat entre deux strip-teaseuses zombie que je ne détaillerai pas pour pas froisser les éventuels lecteurs chastes et laisser la surprise.
Note : 11,5/20

 

 

* Gun fight! *

* Gun fight! *

Desperado 1&2, de Robert Rodriguez (1995 – 2003)
Desperado c’est une histoire de vengeance, d’amour, de trafic de drogue et de famille, le tout dans un Mexique violent et brutale et dépeint comme un film « de cape et d’épée ». Le 2e volet implique un complot international.
Desperado 1 était une bonne surprise, agréable, rythmé, bien réalisé, bourrin juste comme il faut et avec un très bon Antonio Banderas et une Salma Hayek en pleine gloire. Malheureusement Desperado 2 pèche par un scénario incompréhensible, des longueurs, des flashbacks mal placés et/ou mal exploités et est clairement bien en deçà du premier opus.
Note: 15/20 – Note: 12/20

 

 

 

* Au moins l'affiche est clair *

* Au moins l’affiche est clair *

Jeune et Jolie, de François Ozon (2013)
Jeune et Jolie c’est l’histoire d’une jeune femme d’à peine 17ans qui en revenant des vacances et de sa première relation décide du jour au lendemain, un peu par hasard de se prostituer volontairement et pour son « épanouissement » car les vraies relations amoureuses ne l’attirent pas.
Un film français qui a été bien médiatisé compte tenu de son histoire mais qui au final est plutôt décevant. La vision donnée de la jeunesse est datée, presque clichée, on a bien du mal à saisir pourquoi elle décide de se prostituer, etc etc. Malgré tout on se prend au jeu, le film est plutôt bien réalisé et les acteurs jouent bien. Le film n’est pas aussi lent que certains autres films dits « d’auteurs » même si la fin est décevante également. Mention négative pour la BO horripilante composée pour moitié de chansons de Françoise Hardy.
Note: 13/20

 

 

* C'est pas les Super Nanas ça c'est sur! *

* C’est pas les Super Nanas ça c’est sur! *

The Bling Ring, de Sofia Coppola (2013)
Le film raconte l’histoire vraie d’un groupe d’adolescents de Los Angeles qui décide de cambrioler les idoles « people » préférées en utilisant les réseaux sociaux comme sources d’informations et comme passerelle vers une reconnaissance et une notoriété qu’ils admirent et convoitent.
Le scénario du film est plutôt original et dans le complet prolongement des films de Sofia Coppola par de nombreux aspects. Les jeunes acteurs et actrices jouent plutôt bien même si l’importance d’Emma Watson a été légèrement déformée par le marketing. La réalisation est sympathique et surtout il parvient a ne pas tomber dans le « moralisme » pour une jeunesse décadente. On trouve a boire et à manger dans la bande-originale très riche et très moderne du film. Son principal défaut vient de la redondance du scénario et des scènes de cambriolage qui se répètent bien trop souvent et une fin mitigée.
Note: 14/20

 

 

* Ça va chier ! *

* Ça va chier ! *

Les Belles-Sœurs (Pièce de Théâtre), d’Eric Assous (2007)
La pièce commence quand trois frères bien différents mais complices et leurs épouses respectives se retrouvent à la crémaillère de l’un d’eux. Mais les caractères des belles-sœurs et l’arrivée d’une mystérieuse et jolie jeune femme va rendre la soirée explosive.
Critique un peu spécial puisqu’il s’agit d’une pièce de théâtre. Peu habitué au genre je parle en néophyte mais je reste mitigé sur la pièce. Elle ne m’a pas forcément fait autant rire que Tapages en coulisses, les acteurs sont bons (forcément au théâtre on va dire), la pièce est drôle mais il manque quelque chose. Peut-être aurait-il fallu quelques minutes en plus, une fin plus travaillée, des gags supplémentaires, je l’ignore. Il n’en reste pas moins qu’on ressort très en forme de la salle (qui du reste était archi-comble).
Note: 13/20

 

 

PS : Cet article comble et donne une réponse logique à un certains ralentissement (j’espère pas constaté!) côté articles du à de nombreuses relectures, de nombreux re-visionnages et la préparation en parallèle de grands articles fleuves comme tous les Films autour de Lovecraft , tous les films DC Comics Animation (avec dans les deux cas un maximum de vues au conteur ce qui est du coup très long) ou bien le futur Bulletin des Jeux de Sociétés Testés.

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    J’aime beaucoup cette idée de compil de critiques de films.

  2. Wow t’es sacrément sévère sur tes notes ^^
    Perso j’ai vraiment aimé Inside Llewyn davis.
    Je ne pense pas qu’il faille le prendre comme un film a scénario. On est dans un road movie bien old school dont l’image (ainsi que son traitement d’image dans des teintes presque sépia/n&b) colle ton sur ton avec la musique Folk.
    Typiquement, Lucille a failli piquer du nez à un moment, effectivement parce que le rythme est lent, mais aussi est surtout parce que t’es calé au chaud devant un film calme avec une super musique. ça relève plus du confort que de l’oeuvre cinématographique, c’est très particulier ^^
    Cela dit j’aurais mi la même note je pense, à quelque chose près.

    Par contre j’aurais bien mieux noté Jeune et Jolie qui, pour moi, est passé presque inaperçu à cause de « la vie d’Adèle » alors que je le trouve meilleur.
    Ce n’est pas un film qui donne une leçon, on est encore dans une tranche de vie. Alros oui, la vision de l’ado est clichée, mais ce que j’ai aimé c’est justement le fait qu’elle même ne s’explique pas vraiment ce qu’elle fait ni pourquoi. C’est un cas d’école pour psychanalyste, ou peut être juste une crise d’ado chelou…Enfin j’ai trouvé le traitement du sujet bien foutu.

    Globalement d’accord avec toi pour quai d’orsay et Iron Man 3 quoique j’ai préféré le 2 à celui-là.

  3. […] des tonnes ! Légèrement moins bon que le premier mais qui ne méritait ses mauvais résultats. – Il était temps, de Richard Curtis : Une romance britannique complétement géniale et qui sort des sentiers battus […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s