Le grand nez de Lilli Steinbeck -le onzième pion-, de Heinrich Steinfest

Publié: 28 décembre 2013 par maedhros909 dans Littérature, Policier / Thriller
Tags:, ,

Le grand nez de Lilli Steinbeck

 

L’extraordinaire Lilli Steinbeck, aussi élégante et raffinée que son nez est difforme, enquête sur une série d’enlèvements à travers le monde. Seul point commun à toutes ces disparitions : les victimes, des hommes ordinaires, ont séjourné en Grèce et croqué dans une pomme empoisonnée avant de réapparaître mortes aux quatre coins du globe.

Assistée d’un détective athénien obèse, Lilli Steinbeck a mis le nez dans un drôle de jeu où le lecteur croisera aussi bien Batman qu’un tueur à gages finlandais et les derniers dodos ..

 

 

Une fois n’est pas coutume c’est d’un polar dont je vais parler. Et cela va être assez compliqué !

Dans un premier temps je vais commencer par le style à proprement parler. Celui-ci est simple à lire sans être dénué d’intérêt. Certaines descriptions se perdent en longueurs et en détails inutiles qui n’apportent rien ni ne renseignent sur rien mais le tout dans sa globalité reste très appréciable à lire et relativement facile.

Dans un second temps je vais parler du premier défaut du livre: son histoire ! D’abord il faut admettre que le résumé de la quatrième de couverture (ci-dessus) est particulièrement bien rédigé, attire l’œil et l’attention. Malheureusement celui-ci relève plus de la publicité mensongère que du réel résumé ! Batman n’apparait pas réellement et ce qui est mis en avant dans le résumé n’est clairement pas ce qui ressort le plus de l’ouvrage.
L’intrigue en elle-même est plutôt sympathique et se laisse lire (surtout pour un néophyte comme moi) mais il plane dès la moitié du livre comme un doute étrange… Comment l’auteur va t’il pouvoir se sortir de tout ce qu’il raconte et de la tournure pseudo-fantastique « à la Grangé » qu’il prend ? Et bien c’est facile, il ne s’en sort pas ! La fin du livre est une honte pour un polar, qui plus est après s’être lancé dans un pseudo thriller fantastique. La fin détruit l’ouvrage dans son ensemble. Elle est ridicule, n’apporte rien, ne résout rien, ne sert à rien ! A la dernière page on jette le livre sur la table, écœuré d’avoir lu cette fin bâclée et voyant nos espoirs quant à ce livre s’effondrer comme un château de cartes.

Outre donc l’aspect faussement fantastique (puis vraiment fantastique) que l’auteur crée en milieu d’ouvrage (pour surfer sans doute sur le succès de J.C. Grangé ou Dan Brown) et outre également la fin outrageuse du livre, il y a un immense problème avec les personnages! Je ne comprend pas pourquoi le livre s’appelle « Lilli Steinbeck ». Et encore moins pourquoi il est sous-titré « le onzième pion » (ce n’est pas logique avec la fin du livre). C’est aussi simple que clair, il y a dans cet ouvrage aucun personnage principal réel ! Steinbeck doit avoir quelques pages en plus que les autres c’est sur mais de peu et elle, qui semble si atypique, si original de prime abord, se révèle tellement insipide et ayant la profondeur d’une ado maniaque de 35-40ans que cela est négligeable. A tel point Lilli est affligeante dans son comportement social que j’avais presque l’impression de lire de la BitLit-Polar alors qu’elle est censée ne plus être une ado depuis longtemps! On se prend bien plus d’affection pour le personnage enlevé en début d’ouvrage, et qui est ensuite traqué, que pour Lilli Steinbeck pseudo-héroïne du livre!

Enfin j’en viens à la dernière phase de ma critique. Je ne comprend pas l’intérêt du livre. Bien sur il y a une intrigue qui reste plus ou moins en suspens jusqu’au bout (et encore!) mais globalement toute l’intrigue est très rapidement dévoilée. Le fait que le narrateur ne soit pas uniquement l’enquêtrice Steinbeck mais également tantôt un innocent traqué, tantôt le « méchant » qui le pourchasse et qui sait déjà tout des évènements, rend l’intrigue plus vide qu’elle aurait pu être. Apprendre des éléments clés de l’intrigue dans un chapitre avec « le méchant » et non pas avec Steinbeck ou un autre policiers gâche littéralement l’enquête. Et tout cela est d’autant plus vrai que cette pauvre Lilli a toujours deux ou trois coups de retard et qu’entre temps on s’est identifié bien plus à un autre personnage qu’à elle devenue complétement secondaire !

En bref donc un livre très moyen (voire mauvais rien que pour la fin), qui s’est perdu en route et qui est largement dispensable malgré une volonté de l’auteur (je l’espère en tout cas) de mixer les genres littéraires et d’explorer une nouvelle façon de raconter une enquête de police.
Note: 11/20

Advertisements
commentaires
  1. […] Le grand nez de Lilli Steinbeck -le onzième pion-, de Heinrich Steinfest […]

  2. rp1989 dit :

    Je te donnerai mon avis une fois que je l’aurai lu. Peut-être que je l’apprécierai plus pour son côté « polar »?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s