Les Séances Oubliées (Volume 4)

Publié: 14 février 2014 par maedhros909 dans Cinéma
Tags:, , , , , , , , , , , , , , , , ,

kick-ass 1 coverKick Ass 1 & 2 (de Matthew Vaughn & de Jeff Wadlow) (2010 et 2013)
Dave Lizewski est un adolescent gavé de comics qui ne vit que pour ce monde de super-héros et d’incroyables aventures. Décidé à vivre son obsession jusque dans la réalité, il se choisit un nom – Kick-Ass – se fabrique lui-même un costume, et se lance dans une bataille effrénée contre le crime. Dans son délire, il n’a qu’un seul problème : Kick-Ass n’a pas le moindre superpouvoir… Le voilà pourchassé par toutes les brutes de la ville. Mais Kick-Ass s’associe bientôt à d’autres délirants copycats décidés eux aussi à faire régner la justice. Parmi eux, une enfant de 11 ans, Hit Girl et son père Big Daddy, mais aussi Red Mist. Le parrain de la mafia locale, Frank D’Amico, va leur donner l’occasion de montrer ce dont ils sont capables…

Que dire sur ce film si ce n’est qu’il est super et très intéressant !
A l’époque où règnent en maître les Super-Héros sur le box-office il est plus qu’intéressant de voir un film traiter de héros qui n’ont rien de super mais qui font quand même des choses ! A noter que le film est lui aussi issu d’un comic books comme les autres !
Pour le reste ma foi c’est une succession de bonnes choses, un scénario à la fois drôle et décapant, des scènes qui peuvent être gores, comiques ou les deux, aucun stéréotype, de très bons acteurs (oui même toi Nicolas Cage qui fait un mauvais film sur deux), bonne musique, bonne réalisation… Bref c’est assez difficile de commenter Kick Ass parce que le film dans sa globalité est une petite merveille bien que chaque élément du film pris séparément soit « juste » bon et pas exceptionnel. C’est une alchimie parfaite de bonnes choses qui en font un très bon film. Il véhicule des anti-stéréotypes sur les super-héros, se permet de faire mourir des héros et combattre de façon réaliste, violente et crue la toute jeune Chloë Grace Moretz. Oui il est à noter que le film bien qu’un peu excentrique fait preuve d’un réalisme impressionnant, en particulier dans ces scènes d’action beaucoup décriées comme trop violentes.
En bref, un excellent film de héros qui ose beaucoup de chose et loin des blockbusters des Super-Héros !
Note : 16/20

l-affiche-de-kick-ass-2 coverKick-Ass, Hit Girl et Red Mist sont de retour pour le second volet de l’irrévérencieux pastiche de film de super-héros Kick-Ass 2. L’audace insensée de Kick-Ass a inspiré une pléthore de vengeurs masqués autodidactes, le Colonel Stars & Stripes en tête, auxquels notre héros va s’allier pour patrouiller les rues de la ville et assurer la sécurité générale. Mais quand Red Mist, réincarné en Mother F%&*^r, décide de s’attaquer à ces super-héros amateurs, seuls les sabres acérés de Hit Girl sauront les sauver de la destruction.

Clairement décevant par rapport au premier opus, Kick Ass 2 n’a rien de l’impact de son prédécesseur. Kick Ass était violent, dur et sérieux. Le comique venait du fait qu’il s’agisse d’enfants. Dans Kick Ass 2 ces enfants sont devenus des ados en chaleur ! Trop de niaiseries ! Trop de bêtises montrées sur les hypothétiques relations amoureuses entre les personnages, jalousies etc. Trop de trucs inutiles racontés pour montrer les lycées et le comportement de Hit Girl sans pour autant que le film aille trop loin. Bref rien de bien original ni intéressant. L’idée d’une super-équipe est intéressante mais assez peu exploitée. Les combats deviennent ridicules et le ton clairement différent de celui du premier. En gros le scénario ne va pas assez loin et ne pose aucune question contrairement au premier, il se contente de faire une suite gorgée d’hormones et qui tient la route.
Je m’insurge maintenant contre l’immense polémique qui a gravité autour du film. Alors oui il est « légèrement » plus « violent » du moins plus « sanglant ». Mais cela reste extrêmement léger ! Le premier était déjà bien violent ! Du reste la violence d’une scène vient de son ton et pas de la quantité de Ketchup montrée ! Si un combat tourné au ridicule se finit dans un bain de sang ce n’est pas « violent »! (cf Braindead) Cela serait violent si le combat était sérieux, avec des enjeux forts, une peur pour les héros. Bref RIEN ne justifiait le buzz de Jim Carrey et des médias américains autour du film, qu’ils n’ont clairement pas compris.
En conclusion, une suite loin du premier c’est sur, mais pas si horrible que cela et qui ne méritait clairement pas sa mauvaise presse et le déchainement médiatique sur le film avant même sa sortie.
Note : 13,5/20

 

Subway besson coverSubway, de Luc Besson (1985)
Après avoir dérobé des documents compromettants, un homme se réfugié dans l’univers fascinant et agité du métro parisien. Une impitoyable chasse à l’homme s’organise au cours de laquelle d’étranges liens se tissent entre le cambrioleur et sa victime.

Un film bien décevant en vérité pour ne pas dire vraiment surestimé. Il ne reste que peu de films de Luc Besson que je n’ai pas encore vu et je suis réellement fan de Léon, le Cinquième Élément aller et même Arthur et les Minimoys mais là je suis carrément déçu. Le film démarre pourtant plutôt bien. L’idée d’utiliser le métro comme univers et de montrer la « ville-souterraine », l’envers du décors etc. est vraiment géniale ! (même si au bout d’un moment ça devient vide et répétitif comme décors). On assiste parfois même à deux – trois scènes qui presque feraient film d’horreur si on les sortait du contexte. La musique est cool (merci Eric Serra -déjà-) et l’intrigue quoique floue ne demande qu’à être explorée. Et c’est bien là que va se poser à mes yeux l’un des deux problèmes majeurs du film ! Le scénario tient en deux lignes et on ne comprend absolument rien à l’histoire ! Pourquoi il a cambriolé ? Pourquoi il a pris des documents ? Pourquoi le mari de la « victime » les veut au point de le traquer lui et vouloir le tuer ? Et pourquoi il les garde s’ils sont si dangereux ? Pourquoi elle tombe pseudo-amoureuse de lui alors qu’il ne s’agit même pas d’une otage et donc pas d’un Stockholm ? Pourquoi les flics sont seulement deux et les autres viennent seulement en cas de pépin ? Enfin bref… Beaucoup de pourquoi et peu ou pas de réponses.
Et puisque je suis lancé j’enchaine avec pour moi le deuxième point noir du film… Adjani ! Inexpressive, vide, froide, un légume. On est bien loin de Natalie Portman dans son premier et même de Milla Jovovich ! Mais quelle erreur de casting ! Lambert ça passe un peu mieux, mais sans plus non plus…disons qu’il a fait bien pire mais que je le préfère dans Greystoke. Par contre chapeau bas à tous les acteurs secondaires, Galabru inimitable, Reno évidement et Bohringer dont pourtant je suis pas très fan.
En bref un film qui aurait pu être bien meilleur au vu de ses idées de base mais qui tourne en rond et se perd en route avec une pseudo-romance sans jamais faire décoller l’intrigue et donner des explications.
Note: 12/20

 

Amadeus_DVD coverAmadeus, de Milos Forman (1984)
A Vienne, en novembre 1823. Au coeur de la nuit, un vieil homme égaré clame cette étonnante confession : « Pardonne, Mozart, pardonne à ton assassin ! » Ce fantôme, c’est Antonio Salieri, jadis musicien réputé et compositeur officiel de la Cour.
Dès l’enfance, il s’était voué tout entier au service de Dieu, s’engageant à le célébrer par sa musique, au prix d’un incessant labeur. Pour prix de ses sacrifices innombrables, il réclamait la gloire éternelle. Son talent, reconnu par l’empereur mélomane Joseph II, valut durant quelques années à Salieri les plus hautes distinctions.
Mais, en 1781, un jeune homme arrive à Vienne, précédé d’une flatteuse réputation. Wolfgang Amadeus Mozart est devenu le plus grand compositeur du siècle. Réalisant la menace que représente pour lui ce surdoué arrogant dont il admire le profond génie, Salieri tente de l’évincer.

Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas revu ce film qui m’avait déjà à l’époque fortement marqué. Et bien le voir une bonne dizaine d’années plus tard n’a rien changé de ce que je pense de ce film. Magistral !
Il est même difficile de faire un commentaire construit tellement que c’est beau mais je vais essayer !
D’abord j’attire l’attention sur le budget dérisoire du film de 18M et qui en rapporta 4fois plus tout en emmenant auprès de lui 8 petits Oscars. Les décors et les accessoires sont absolument parfaits (Oscar direction artistique et costume), l’époque y est retranscrit fidèlement et pas une seule minute on ne sort du film. A se demander comment certains films (voir Dune plus bas) d’hier ou d’aujourd’hui utilise leur argent… Ils font des costumes brodés d’or et des décors qu’ils conservent ? Enfin bref je m’égare. Les acteurs sont absolument magnifiques en particulier Tom Hulce (Mozart) et F. Murray Abraham (Salieri) évidemment. Pourquoi ces deux acteurs (dont un a eu l’Oscar lui aussi) sont-ils par la suite restés injustement dans l’ombre ?
Que dire de la réalisation de Milos Forman, époustouflante (Meilleur film et meilleur réalisateur), sans la moindre fausse note, parfaite, rythmé, drôle et tragique. Le film dure plus de 2h30 qu’on ne voit pas passer quand certains autres durent 1h30 et où on s’ennuie ferme. Je ne connais qu’un autre film de lui mais que j’adore aussi (Vol au dessus d’un nid de coucou).
Concernant le scénario il est lui aussi épatant, je regrette simplement que l’accent n’est pas été un tout petit plus poussé sur certains morceaux que j’aurai peut-être mieux reconnu (mais j’y connais rien!), dommage aussi car on ne peut s’empêcher de se demander à quel point le film est fidèle aux évènements réels et j’aurai bien vu quelques phrases avant ou après le film, histoire de combler les trous et faire plus « biographie ».
Évidemment je ne parle même pas de la musique ! Parfait cela va s’en dire. Du reste c’est une nouvelle preuve s’il en fallait encore après le sacre de John Williams dans les années 80 que la musique classique colle bien souvent à une action cinématographique et ce même si elle n’est pas prévue pour cela à la base comme pour celle de Mozart!
En conclusion, un pure bijou et chef d’œuvre à se procurer rapidement et à voir encore et encore!
Note: 17,5/20

 

nymphomaniac lars von trier coverNymphomaniac Volume 1 & 2, de Lars von Trier (2014)
La folle et poétique histoire du parcours érotique d’une femme, de sa naissance jusqu’à l’âge de 50 ans, racontée par le personnage principal, Joe, qui s’est auto-diagnostiquée nymphomane. Par une froide soirée d’hiver, le vieux et charmant célibataire Seligman découvre Joe dans une ruelle, rouée de coups. Après l’avoir ramenée chez lui, il soigne ses blessures et l’interroge sur sa vie. Seligman écoute intensément Joe lui raconter en huit chapitres successifs le récit de sa vie aux multiples ramifications et facettes, riche en associations et en incidents de parcours.

Un film bien difficile à noter. Il y a beaucoup et beaucoup de contre dans un seul et même film, peut-être parce qu’il est censé durer 5h30 dans sa version longue et non censurée. Mon avis général reste mitigé. J’ai beaucoup de mal à considérer le film comme un tout tant les deux parties m’ont semblé différentes (difficile de parler sans Spoiler mais je vais essayer).
J’avais beaucoup aimé le premier volume, délicat, plein de sens, à la fois incisive et osée sans être cliché sur le sexe, avec de vraies idées et de vraies réflexions. Dans le deuxième je n’y ai trouvé pas grand chose. Il est plus sombre, plus triste, plus tendu mais j’ai trouvé la suite des évènements illogique et stéréotypée. Évidemment elle passe par la case SM (même si le personnage du « maitre » et l’acteur qui le joue sont géniaux), évidemment sa famille disparait… et après délire total, pourquoi devenir presque hors la loi ? Pourquoi être violente ? Je sais que c’est une transposition mais bon les idées ne sont plus aussi intéressantes, plus aussi passionnantes. Bref déçu par le 2e !
Pour ce qui est du film dans son ensemble il reste extrêmement bien filmé, bien écrit, avec des acteurs très bons (et même Uma Thurman méconnaissable!) et surtout il fallait avoir le cran de faire un film comme cela !
Note : 13,5/20

 

Pacific rim cover del toroPacific Rim, de Guillermo Del Toro (2013)
Surgies des flots, des hordes de créatures monstrueuses venues d’ailleurs, les «Kaiju», ont déclenché une guerre qui a fait des millions de victimes et épuisé les ressources naturelles de l’humanité pendant des années. Pour les combattre, une arme d’un genre nouveau a été mise au point : de gigantesques robots, les «Jaegers», contrôlés simultanément par deux pilotes qui communiquent par télépathie grâce à une passerelle neuronale baptisée le «courant». Mais même les Jaegers semblent impuissants face aux redoutables Kaiju.
Alors que la défaite paraît inéluctable, les forces armées qui protègent l’humanité n’ont d’autre choix que d’avoir recours à deux héros hors normes : un ancien pilote au bout du rouleau (Charlie Hunnam) et une jeune femme en cours d’entraînement (Rinko Kikuchi) qui font équipe pour manœuvrer un Jaeger d’apparence obsolète. Ensemble, ils incarnent désormais le dernier rempart de l’humanité contre une apocalypse de plus en plus imminente…

Voila un film que j’ai mis bien longtemps à voir, peu adepte des scénarios à base de robots géants et/ou de monstres géants. Mais j’ai été agréablement surpris, merci Guillermo d’avoir su garder un sens au film et une qualité artistique, pas comme certains (Cf Transformers!).
D’abord le scénario de base, avec la brèche, les monstres et les premiers robots. Rien de bien original sur le papier mais la façon dont se déroule les évènements, sur plusieurs années avec plusieurs types de réponses humaines liées aux politiciens (d’abord l’armée, puis les robots atomiques, puis numérique, puis un mur défensif) en fait un scénario crédible et réaliste ! Et oui si un monstre devait apparaitre demain il détruirait dix villes avant qu’on bouge il ne serait pas arrêté juste à New York comme le dernier Godzilla en date. D’ailleurs le film évite le cliché typique du genre où l’Amérique sauve le monde comme d’habitude. Ici toutes les nations agissent de concert et l’action se situe majoritairement en Asie et ça c’est très positif !
Venons-en au visuel ! Il est quasi-parfait ! Le film nous en met plein les yeux et ça on adore ! Contrairement à d’habitude où tout est flou et où tout va trop vite (comme dans Transformers) ici la réalisation est faite pour les robots, pour leur taille, pour qu’on puisse apprécier leur mouvement, leur inertie et leur poids titanesque ! Les robots sont variés, les monstres un peu moins mais qu’importe le rendu est extraordinaire!
Les acteurs sont plutôt bons mais n’ont rien d’extraordinaire non plus, sauf MONSIEUR Perlman magistral dans son rôle pourtant très secondaire ! (Mention également à Burn Gorman issu de la série Torchwood et qu’on voit déjà dans le dernier Dark Knight qui est très talentueux).
Quelques points négatifs au film à présent! Même s’il évite un bon nombre d’entre eux, l’intrigue entre les différents personnages et un certain nombre de dialogues sont un peu clichés, comme si les phrases sortaient de nulle part pour être dicter par les héros. La fin également m’a un peu déçu, la mort du héros principal aurait pu être cool (dans Armageddon Bruce Willis meurt lui!) et le Méga-Monstre qu’on s’attend à voir à la fin et qu’on nous tease tout le film n’est pas si énorme que ça voire même plutôt nul par rapport à certains d’avant.
En conclusion un très bon film avec quelques défauts de scénario et quelques stéréotypes mais qui marque par sa réalisation et sa façon de filmer des Monstres/Robots de très grande taille en mouvement et en action.
Note: 15,5/20

 

Dune lynchDune, de David Linch (1984)
L’empereur Shaddam IV règne sur l’univers. Se sentant menacé par le pouvoir mystérieux des Atréides, il extermine sur la planète Dune ce peuple fier et valeureux. Paul, héritier des Atréides, échappe au massacre.

Un film culte passe devant mes yeux. Culte oui mais était-il si bon que cela? Rien n’est moins sur. Je dois avouer que j’ai été plutôt déçu de ce film en bien des points.
D’abord le visuel. Il est daté de 1984 soit un an après le Retour du Jedi et sept an après Un Nouvel Espoir. Alors pourquoi presque tous les effets visuels sont si moches ? Ajoutez aux dates les budgets des films, 11M pour le Nouvel Espoir, 32,5M pour Le Retour du Jedi et 45M pour Dune ! Monsieur Linch où avez-vous mis l’argent ?! Enfin bref compte tenu du budget, de la date de sortie du film et de la comparaison avec StarWars (Space Opéra le plus proche), les visuels des vaisseaux spatiaux, en particulier quand ils sont sur les planètes (dans l’espace passe encore) sont absolument dégueulasses, idem pour tout ce qui est laser, bouclier et explosions. Les décors sont intéressants mais semble assez vides, de même les costumes sont réfléchis dans le style « futur crade » mais pas assez diversifiés et mis en avant. Au final ce qui est le mieux fait c’est encore les vers des sable et le monstre de la guilde. Côté acteurs c’est pas trop mal même si le futur Orson de Desperate Housewives semble parfois inexpressif et peu impliqué. Seuls Pactrick Stewart, habitué à la SF, et le méchant ont une vraie personnalité et sortent de l’écran (mention spéciale à Alicia Witt -futur héroïne du téléfilm L’Anneau Sacré- qui campe une petite sorcière vengeresse parfaite!).
Ce qui sauve le film c’est bien son scénario détaillé et intéressant même s’ il est sauvagement coupé à grand coup d’ellipses placées n’importe comment! L’univers d’Herbert est prenant, très construit, gravitant autour de batailles mais aussi d’intrigue de cours. Il parle de drogue, de corruption, de manipulation via le commerce de la fameuse « Épice » de Dune. Bref très réussi. On peut également trouver un nombre incalculable de références mythologiques et religieuses, Dune devenant une sorte de quête messianique futuriste et spatiale !
En bref, un film qu’il faut voir même s’il est décevant pour son époque tant sur le visuel que sur une partie du scénario, trop élagué au montage probablement. Néanmoins l’univers d’Herbert semble bien retranscris et respecté, le côté mythologique est très présent, et l’univers captivant. Le film donne envie de lire les Livres et c’est déjà ça !
Note: 13,5/20

 

le cauchemar de dracula leeLe cauchemar de Dracula, de Terence Fisher (1959)
Jonathan Harker se rend dans les Carpates chez le comte Dracula qui l’a engagé comme bibliothécaire. Mordu par une femme-vampire, il devient vampire à son tour…

Film plus culte tu meurs. Il est la première adaptation du roman de Bram Stoker faite par la Hammer (et le premier d’une longue série de films de vampires  -pas forcément toujours très bons- mais devenus des classiques) et première apparition du mythique et légendaire Christopher Lee sous les traits du Compte Dracula.
Le film presque fidèlement le roman (si ce n’est que les victimes femelles du Comte sont inversées et que Harker n’est pas censé vivre cela) et la fidélité pour l’époque est déjà quelque chose de rare et précieux pour être signaler. Peter Cushing, quelques temps après avoir été Frankenstein et bien longtemps avant de rejoindre Dark Vador sur l’étoile noire, campe ici un Van Helsing magistrale quoique un peu trop sérieux peut-être. John Seward le deuxième comparse de Van Helsing a lui aussi droit à un très bon acteur. De façon général tous les autres acteurs sont plutôt bons. Et bien sur parlons de Christopher Lee, qui parle peu, même que ne voit pas tant que ça mais qui transperce l’écran. Il n’est pas étonnant dès lors qu’il soit devenu à l’époque LE vampire ultime. Tout son jeu est parfait, le mensonge dont il fait preuve au début, son pouvoir d’attraction sur les femmes, sa rage et son pouvoir dans l’affrontement avec Van Helsing, bref tout y est.
Il est à noter enfin que les décors sont de très grandes qualités et les effets visuels, quoique peu nombreux, très réussis.
Son défaut principal réside dans une certaine lenteur propre à l’époque et ce malgré que le film soit très courts (1h15), peut-être les dialogues sont ils un peu trop « écrits » et pas assez parlés, ou peut-être ne s’attarde t’on pas assez sur Dracula lui-même comme dans la version de Coppola.
En conclusion un film culte avec ses défauts de rythme mais également avec deux acteurs de légende. A ne pas louper!
Note: 15,5/20

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Je suis d’accord avec toi concernant ces critiques ciné, peut-être un peu moins sévère concernant Kick Ass 2 et Nymphomaniac. Et j’aime bien l’acteur qui joue dans Dune.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s