Docteur Sleep, de Stephen King

Publié: 28 février 2014 par maedhros909 dans Epouvante / Suspens, Littérature
Tags:, , ,

Docteur Sleep Stephen King Albin MichelDans l’Overlook Hôtel le petit Danny Torrance a échappé de justesse à son père alcoolique et rendu fou par l’influence surnaturelle du lieu.
Après une enfance difficile, Dan ne supporte plus son don de télépathie et sa capacité à voir les « fantômes » qu’il considère comme une malédiction. Il devient à son tour alcoolique, voit sa mère mourir et touche le fond. Suite à un évènement tragique il se remet sur pieds et devient un membre actif des AA. Son nouveau travail d’aide-soignant dans un hospice où il utilise ses pouvoirs surnaturels pour apaiser la souffrance des mourants lui donne son surnom : Docteur Sleep.

Il rencontre alors Abra, une fillette qui a le Don et qui est télépathe comme lui, qu’il prend inconsciemment sous son aile. Suite à un concours de circonstances tragiques, Abra se retrouve pourchassée par un étrange groupe de voyageurs qui tuent et se nourrissent de l’essence psychique des enfants qui ont le Don. Dan vient au secours d’Abra, se lance dans une lutte à mort contre ses vampires de l’âme et avance vers son destin… Car rien n’est jamais une coïncidence.

 

Stephen King s’est lancé une nouvelle fois dans un pari un peu fou, celui de rédiger la suite d’une de ses œuvres les plus connues et les plus abouties : Shining l’enfant lumière.
Et il faut bien admettre qu’il avait entièrement raison !

Ici pas de clichés sur les suites à succès habituelles des best-sellers, en particuliers SF ou Fantasy ! Le héros n’a pas de descendants qui vont revivre les mêmes expériences que lui (ou d’autres différentes mais aux intrigues mêlées), lui-même ne va pas revivre les mêmes expériences et, surtout, suite à la fin plutôt positive du premier livre, le petit Danny a sacrément morflé!
Lui qui était si innocent, si pure, dans Shining passe à la moulinette des personnages ambiguës et torturés, grande spécialité de Stephen King. Bien qu’une fois adulte il reste une personne saine d’esprit et faisant le bien, les bas-fonds qu’il a traversé et les réminiscences de son passé tortueux en fond un personnage complexe, complet et bien traité. Il ne faut pas oublier qu’une des principales forces des histoires de King ce sont ses personnages, souvent ordinaires et banals mais qui se fracturent lentement en sombrant dans l’enfer des situations hors du commun qu’ils vivent (procédé scénaristique et narratif du reste dont il ne se cache pas s’être inspiré de Lovecraft). A la lumière de ces évènements extraordinaires, ses personnages révèlent leur vrai nature ou leurs secrets ; l’exemple le plus parlant en la matière pouvant être Dôme, véritable parachèvement de ce procédé narratif où une communauté coupée du monde implose de l’intérieur chacun révélant ses secrets, ses peurs etc.
Danny n’est pas le seul personnage du livre, bien que de loin le plus présent. Il y a également les « méchants », sorte de vampires millénaires se nourrissant des âmes de leurs victimes après les avoir torturées. Rien de bien extraordinaire si ce n’est que King en profite pour glisser une petit tacle à la « haute-société » en les rendant immensément riches et influents. Autre point notable également, même s’ils ont un statut de « méchants » ils n’en restent pas moins à la base des êtres humains et beaucoup d’entre eux (dans leur communauté et malgré leur aberrante façon de survivre) forment des couples et ont des ressentis différents sur leur vie et le monde qui les entoure. Encore un travail clé sur les personnages secondaires qu’effectue là Stephen King.
Enfin que dire d’Abra, parfaite réincarnation du personnage de Danny enfant dont il devient lui même le protecteur recréant une « boucle » dans leurs vies à tous les deux. Cette idée que l’histoire ne cesse de se répéter est chère à King et on la retrouve dans beaucoup d’autres de ses œuvres.
Niveau histoire donc, le livre est l’incarnation de ce que peut être une suite parfaite à une œuvre qui, de prime abord, ne semblait pas avoir de suite nécessaire, ou même possible. Je précise également que le livre se comprend tout à fait sans avoir lu Shining auparavant. Néanmoins je conseillerai personnellement tout de même sa lecture au préalable pour des questions de fluidité dans le récit (comprendre avec des fragments d’histoire disséminés dans le livre ce qu’il s’est passé avant c’est plus compliqué) et une vision globale de la vie de Danny.

Petite chose supplémentaire concernant Shining et Docteur Sleep. Bien qu’il s’agisse là d’une suite, Docteur Sleep ne rentre pas vraiment dans le même genre ou registre littéraire que Shining. Shining est un huit clos oppressant clairement tourné vers l’épouvante. Docteur Sleep se rapproche lui beaucoup plus du Thriller fantastique attelant, dramatique et cru mais ne semble que peu lié au genre de l’épouvante. En soi ces différences sont un autre tour de force pour King qui se permet de faire une suite en changeant de genre littéraire tout en restant absolument cohérent et génial dans son récit.

Venons-en au style.
Il n’est guère aisé de décrire précisément le style de Stephen King car il peut avoir tantôt une écriture fluide et vive à l’extrême comme dans Running Man tantôt une écriture très complexe et descriptive comme dans La Tour Sombre. Le livre se rapproche je pense de ses œuvres actuelles (j’en ai loupé pas mal parmi ses livres les plus récents). Il est fluide et se lit assez facilement mais ne laisse pas les descriptions de côté pour autant, celle-ci étant souvent liées aux pensées des personnages comme ce que leur inspirent tel ou tel environnement ou telle ou telle situation.
Petit bémol peut être, l’enchainement de certains paragraphes est un peu flou, on ne sait que bien des pages plus tard où l’auteur veut en venir. Mais là encore c’est une chose fréquente chez King qu’on finit également par apprécier et qui participe à l’ambiance « inquiétante » de pas mal de ses œuvres, cela peut juste être un peu déroutant au début.

Même si je ne suis pas un expert en la matière, je pense pouvoir tout de même pousser un petit coup de gueule sur la traduction de la présente édition d’Albin Michel que je trouve un peu approximative parfois et un peu trop riche à mon gout en petites coquilles compte tenu du prix de l’ouvrage.

En conclusion, ce livre est un petit chef d’oeuvre en soi !
Il constitue un tour de force scénaristique et stylistique en étant une suite presque improbable mais pensée de façon cohérente, frénétique et en pleine continuité avec Shining, sans pour autant jouer dans le même registre littéraire de l’épouvante. Les personnages, même antagonistes et secondaires, sont tous pensés, construis, complexes et intelligents. L’écriture de King est toujours à la fois fluide et brutale mais également imaginatif et visuel. La digne suite de son prédécesseur prouve que le « maître de l’épouvante » l’est toujours et comble ses lecteurs avec de petits bijoux !
Note: 17,5/20

(Merci à ma chérie pour ce beau cadeau)

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Depuis la sortie de ce livre, j’entends tellement de bien de l’oeuvre de Stephen King, que ça me donne envie de m’y mettre.

  2. blueedel dit :

    hmmm… j’en avais déjà entendue parler… va vraiment falloir que je le lise, merci de cette critique 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s