Batman: Amère Victoire, de Tim Sale et Jeph Loeb

Publié: 15 juillet 2014 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , ,

Batman Amère Victoire Loeb SaleScénario: Jeph Loeb
Dessinateur: Tim Sale

Un an après « l’affaire Holiday », Gotham City est toujours le théâtre de règlements de comptes entre les familles mafieuses et les « patients » de l’asile d’Arkham.

Si Alberto Falcone était considéré jusqu’alors comme le véritable tueur Holiday, une nouvelle vague de meurtres jette le trouble sur son arrestation.

Pour restaurer l’ordre à Gotham, Batman aura besoin de toute l’aide possible, voire de prendre sous son aile un nouveau partenaire, Robin !

 

Suite directe de l’arc narratif « Un Long Halloween » et conçue par les mêmes scénariste et dessinateur, Amère Victoire est un peu moins surprenant et original mais tout aussi efficace !

Côté dessins il y a peu de changement (et c’est normal!) je ne peux guère dire grand chose de plus que ce que j’ai déjà dit pour Un Long Halloween. L’aspect polar est toujours omniprésent et sert toujours l’intrigue. Gotham est sombre et glauque à souhait comme on l’aime. Quant à Batman il est toujours jeu d’ombres et de lumières, de visibles et de suggérés, peut-être plus encore que dans l’opus précédent pour des raisons scénaristiques. Quelques designs semblent parfois un peu bizarres au premier regard comme celui de Catwoman toujours ou celui du Joker, que je trouve un peu trop exagéré, mais globalement on ne peut pas reprocher grand chose au visuel du volume. 

Côté scénario Amère Victoire est la digne suite de Un Long Halloween. Et par suite j’entend réellement le mot « Suite » dans le sens « suite directe ». Un an à peine est passée et la quasi-totalité des personnages sont de nouveaux présents mais ont tous évolué. L’impact des événements passés sur la psychologie des personnages est capital. Cette idée a été un peu exploitée à mes yeux par Nolan dans TDK Rises (ce qui est logique vu qu’il s’est inspiré d’Un Long Halloween auparavant) mais le réalisateur est loin malheureusement d’avoir atteint la logique d’évolution qu’ont les personnages dans le Comics. Certains veulent se venger, d’autre renaître, certains souhaitent prendre de la distance, rentrer dans le rang et laver leur noms (de mafieux).. Enfin certains autres comme Batman et Gordon tentent de surmonter les chocs qu’ils ont subi et la perte d’Harvey Dent. Pour ces deux derniers le traitement est quasi-parfait. Batman, déçu et désabusé, s’enfonce tant avec son costume que sans dans sa solitude et refuse de croire que Dent peut être responsable des crimes. Gordon, lui, tente de faire revivre Dent et ce qu’il représentait avant de se lancer aux trousses du nouveau tueur à son tour puisque ses hommes en sont la cible. Enfin, Harvey Dent va révéler à ses deux anciens compagnons son nouveau visage: celui de Double-Face.
C’est donc là toute la force de l’oeuvre: les personnages et leur évolution logique, construite, réfléchie et cohérente! Même la trop brève apparition de Robin dans la vie de Bruce Wayne est en complet accord avec son conflit intérieur. C’est Robin par son tempérament jovial qui va faire renaître chez Batman l’espoir d’accomplir le serment qu’il a fait enfant: celui de purger Gotham.

L’intrigue générale est plutôt géniale, ne serait-ce donc que par les interactions entre tous ses personnages évoluant sans cesse. De plus elle remet rapidement en cause les conclusions de l’opus précédent et nous invite à revoir notre copie comme les enquêteurs… Car finalement ce n’était peut-être pas si simple et ce n’était peut-être pas le bon coupable! Bien que la mafia soit encore au cœur de l’enquête on voit également Gotham changer car ces grandes familles ont beaucoup perdues dans leurs guerres de pouvoir et ce sont à présent les super-criminels, jadis leurs mercenaires, qui prennent peu à peu les rênes de la ville. Enfin la fin semble un peu « trop » logique et attendue mais a été malgré tout assez bien dissimulée à travers tous les suspects et la tension des événements.   

En bref donc Amère Victoire est une suite parfaite car pensée intelligemment, avec brio et logique, presque sans redondance avec le précédent volume etc. Ces deux arcs narratifs portent donc l’intrigue générale de « Holiday » à plus de 800 pages de Comics. Et c’est ce point précis qui est fondamental pour la qualité de l’ouvrage (mais comme beaucoup de ceux que j’ai lu jusqu’à présent) le temps pris pour développer, et faire évoluer, correctement personnages et intrigues! Indispensable!
Note: 17/20 

Advertisements
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Retrouver l’univers de la mafia dans du Batman, je suis curieuse de lire ce que ça donne :).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s