Neonomicon, de Moore et Burrows

Publié: 3 décembre 2014 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , , ,

album-cover-large-neonomicon alan moore lovecraft

 

Scénario: Alan Moore
Dessins: Jacen Burrows

Des agents du FBI visitent l’un de leur ancien collègue interné dans un asile psychiatrique. Deux crimes lui ont été imputés. Depuis, ce dernier, Sax, ne parle plus, mais cela n’empêche pas Lamper et Brears d’enquêter sur cette sombre histoire.

De l’univers des dealers de leur ville, aux cercles fermés d’initiés à des rituels sexuels pour le moins étranges, les deux agents sont bien loin d’imaginer ce qui s’est réellement passé…

 

Dans une main nous avons le grand écrivain de Comics Alan Moore que l’on ne présente plus, papa entre autre de: Watchmen, V pour Vendetta, From Hell, La Ligue des Gentleman Extraordinaire et Batman: The Killing Joke.
Dans l’autre main nous avons le cultissime auteur H.P. Lovecraft un des pères fondateurs du fantastique et de l’épouvante classique, source d’inspiration de très nombreux artistes et devenu un auteur majeur de la « culture geek ».
La perceptive de voir se mêler ces deux noms mythiques de la littérature fantastique et de genre était tellement alléchante, tellement magnifique que malheureusement l’intérieur de l’ouvrage ne fut pour moi pas totalement à la hauteur de l’attente et de l’ambition du projet.

Niveau dessin allons droit au but c’est plutôt très bon. L’ambiance sombre et glauque est bien rendue, le visuel est à la hauteur du script et maintient le lecteur en haleine. Sinon rien de bien original dans le découpage des vignettes, c’est un peu plat, et le rythme de lecteur peut s’en ressentir si on a pris l’habitude de certains autres dessinateurs actuels.

Le problème de l’ouvrage vient, et c’est bien triste, de l’histoire très inégale selon les chapitres et l’avancement de l’enquête.
Alan Moore nous livre dans un premier temps un long prologue époustouflant, incisif et complètement en emphase avec « l’esprit » de Lovecraft. Suite à ça malheureusement le récit semble s’enfoncer peu à peu dans une suite de raccourcis scénaristiques un peu trop faciles. Forcément les agents ont des problèmes psychologiques antérieures à l’enquête qui vont resurgir quand les choses vont devenir étranges. Forcément il y a une histoire de drogue, du sexe, des punks, des gothiques etc. Forcément ils vont citer Lovecraft et se rendre compte qu’en fait il racontait des faits réels et pas des histoires fictives. Et cetera.
Pourtant Alan Moore se moque visiblement des stéréotypes dans les dialogues et je suis certain qu’il ne considère pas tous les punks comme des sectateurs bien au contraire ! Ce que je reproche ce n’est pas tant (pour une fois) de faire dans les clichés mais plutôt d’avoir assis le récit autour d’axes et de thématiques bien trop simples par rapport aux thématiques politiques, religieuses et sociales souvent évoquées par Lovecraft dans ses œuvres.
De tout cela découle une histoire contemporaine certes ancrée fermement dans l’univers de Lovecraft mais qui ne laisse que bien peu de surprises et de rebondissements aux lecteurs, en particulier ceux qui ont déjà lu Lovecraft. La fin ouverte de l’intrigue se permet tout de même de partir dans un délire fantasmagorique comme cela était parfois le cas chez Lovecraft et ses disciples ce qui relève un peu le niveau de l’intrigue et dissipe la sensation grisante de déjà-vu pouvant apparaître au fil des chapitres.
(A noter pour les rôlistes qu’il vous sera aisé de retranscrire presque tel quel le Comics pour en faire un scénario pour « Les maîtres indicibles », variante contemporain du jeu de rôle l’Appel de Cthulhu)

Un joli petit OVNI dans le monde super-héroïque des Comics plutôt réussi! Une bien belle initiative pour faire découvrir Lovecraft à ceux qui ne le connaissent pas mais malheureusement une histoire qui a du mal à décoller du plancher et qui ne satisfera pas vraiment les connaisseurs de Lovecraft et du genre.
Note: 15/20

Advertisements
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Il faut commencer par ça et après foncer lire Lovecraft pour les compléments, c’est ça?

  2. […] Mr Burrows assure une qualité omniprésente donc aucun soucis de ce côté là. Tout comme le Néonomicon le style est excellent et est même sublimé à mes yeux ici par l’esthétique des années 20 […]

  3. […] à l’époque moderne en Comics réussie, contrairement au Neonomicon que j’ai trouvé en demi-teinte. Presque cependant, car même si cela son […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s