Batman: Noël, de Lee Bermejo

Publié: 16 février 2015 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , , ,

BATMAN NOËL

 

 

La nuit de Noël, Batman traque un petit malfrat à la solde de son pire ennemi.

Cette course-poursuite va l’amener à rencontrer trois visions du passé, du présent et de l’avenir, et à s’interroger sur les tenants et aboutissants de sa croisade contre le crime.

 

 

 

Comment quelqu’un comme Bruce Wayne et son alter-égo secret du Chevalier Noir vivent-ils le réveillon de Noël ? Dans les rues de Gotham à traquer le Joker bien entendu car pour lui cette fête est surtout une occasion de s’amuser !
Mais à part cela ? Que pense vraiment Batman ?
C’est à cette question qu’essaye de répondre Bermejo avec ce surprenant volume des aventures du Dark Knight.

En premier lieu, car je n’aurai que peu de choses à dire à ce propos, le visuel.
Bermejo nous livre ici des dessins à la fois épurés et extrêmement détaillés, le tout en restant extrêmement sombre cela va de soi malgré le sous-titre « Noël ». Même si je ne pourrai en être certain, il me semble presque y voir là des images du niveau de celles de Capullo. Du moins je peux dire que le rendu est sublime et dans un style très « propre » assez caractéristique me semble t’il des Comics récents. On peut peut-être déplorer un léger manque d’originalité au niveau de la mise en page et des vignettes par rapport à d’autres, mais ce n’est pas flagrant.

Passons au cœur du Comics: le Scénario.
Ici l’auteur se propose de revisiter le classique de Dickens: Un chant de Noël en le calquant sur le personnage de Bruce Wayne / Batman.
En effet au fil des ans, et à la suite d’un certains nombres d’événements désagréables (en particulier la mort du second Robin), Bruce est devenu plus aigri encore qu’auparavant. Il se renferme, s’isole, se morfond et semble ne plus vouloir aucun compromis avec le monde du crime. Dans tout le Comics un « narrateur » extérieur à l’intrigue se permet de placer donc en parallèle le fameux personnage de Dickens: Scrooge et Batman. Originalité assurée, effet garanti !
Tout comme chez Dickens, Batman va au cours de sa course poursuite croiser trois personnages symbolisant plus ou moins pour lui le présent, le futur et le passé. Ces trois choix sont tous excellents (quoiqu’un peu évident), rappellent et mettent en exergue les relations parmi les plus complexes que Batman aient avec d’autres personnages: à savoir ici Catwoman, Superman et le Joker.

Autre point fort de cette originalité scénaristique: le passé de DC Comics. Batman étant ici présenté comme aigri, désabusé et froid à l’instar de Scrooge, Bermejo peut se permettre un tour de force scénaristique dans la mythologie DC et dans la vie du personnage depuis les années 30. J’explique.
Pour le moment je n’avais jamais vu encore de Comics (ou même de film, excepté peut-être Batman&Robin d’une certaine façon, mais avec peu de talent) prendre en compte (et d’une certaine façon rendre hommage) l’aspect plus léger voire burlesque qu’ont pu avoir les aventures de Batman, en particulier dans les années 50-70. Avec cette idée d’un Batman aigri par les ans et les pertes, on voit en tout logique un Bruce Wayne se remémorer le « bon vieux temps » où il était presque « jeune et insouciant », où il combattait les criminels avec son tout nouveau acolyte, Robin, et où rien ne semblait pouvoir se mettre au travers de sa croisade idéologique. Bermejo se permet même  me semble t’il (à confirmer, car je ne la connais pas) de reprendre dans certaines pages des visuels issus de la déjanté série TV des années 60. Outre cela on y voit quelques vignettes « flashback » bien cocasses témoignant du ton léger de l’époque.
Si je devais émettre un regret cela serait l’intérêt me semble t’il bien trop prononcé que le Joker porte ici à l’argent alors que cela ne devrait avoir pour lui qu’une importance toute relative.

Un Comics assez classique en terme de mise en page mais très beau visuellement.
Son scénario est atypique, original et inattendu. A la fois hommage à Dickens et à une certaine période plus burlesque de la vie de Batman le tout est assombri par le mélange des deux, la sensation de passé perdu omniprésente, la détresse de Batman et l’incompréhension de son entourage sur comment il a évolué. Excellent!
Note: 16,5/20

Publicités
commentaires
  1. […] Autres critiques : Maedhros909 (Lire, voir, jouer, écouter, découvrir) […]

  2. rp1989 dit :

    Les flashbacks et les références littéraires et de série télé, je trouve ça assez appréciable dans un comics :).

  3. […] de Bridget Jones, Maedhros de la biographie d’Asimov par Asimov ainsi qu’un comics: Batman noël. Et Anne nous a présenté Les grandes blondes de Jean Echenoz et Si tout n’a pas péri avec […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s