Fondation et Empire, de Isaac Asimov

Publié: 21 février 2015 par maedhros909 dans Littérature, Science-Fiction
Tags:, , ,

Fondation 2 Asimov

 

(Le Cycle de Fondation – Tome 2)

Tandis que les crises qui secouent l’Empire redoublent de violence et annoncent son effondrement définitif, la Fondation créée par le psychohistorien Hari Seldon pour sauvegarder la civilisation devient de plus en plus puissante, suscitant naturellement convoitise et visées annexionnistes.
En tout premier lieu, celles de Bel Riose, jeune général qui voit dans les secrets détenus par la Fondation le moyen de monter sur le trône.

C’est alors qu’apparaît un mystérieux et invincible conquérant, surnommé le Mulet, que le plan de Seldon n’avait pas prévu…

 

L’odyssée spatiale se poursuit dans l’univers d’Asimov!
Les intrigues de ce deuxième tomes se révèlent plus profondes encore que celles du premier. On y découvre deux arcs narratifs au lieu de trois ou quatre dans le premier opus (si mes souvenirs sont bons). En effet, pour rappel, chaque grande partie est dédiée à une étape clé dans l’épopée de la Fondation (qui s’étale selon la situation initiale sur 1000  ans) nous faisant du même coup découvrir à chaque fois un contexte qui a évolué et de nouveaux personnages.

Dans la première partie de deuxième volume, la Fondation est devenue une entité très influente dans la galaxie et garde son rôle de spectatrice de la chute de cet Empire qui vit ces dernières décennies de décadence. De son côté les dirigeants de ce dernier la voit maintenant comme une ennemie à part entière qu’il faut conquérir ou utiliser, en particulier dans ce premier arc narratif sur le « Général ». Cette partie se concentre surtout sur les enjeux millitico-politiques typiques des chutes d’Empire comme on peut par exemple le voir dans l’histoire Romaine. Une façon d’aborder la SF par l’auteur très atypique et bien dans l’esprit général de la saga plus axée sur le politico-social que sur les combats spatiaux.

Dans la deuxième partie du livre, Asimov renverse la situation et prend à contre pied le lecteur. Il brise tout d’abord l’aspect manichéen de son ouvrage en faisant de la Fondation une entité elle-même décadente et loin d’être sans défauts. Elle qui était à priori sauveuse de l’univers et, par définition donc, idéologiquement intouchable devient faillible. Le retour de bâton est terrible. Pire encore, ce fameux personnage, Sheldon, en qui le lecteur a toute confiance tout comme les habitants de Fondation, révèle qu’il s’attendait lui-même à cet aspect décadent de sa propre création. Terrifiant. Enfin Asimov parachève les lecteurs innocents que nous sommes en détruisant toutes nos certitudes quant à la réussite de la Fondation et l’infaillibilité de la prédiction de Sheldon. Toute la suite de l’intrigue reposera sur le postulat que ce nouveau méchant impitoyable: le Mulet n’a pas été prévu dans les calculs de base à la création de Fondation et que donc cette entreprise est vouée à l’échec.

L’écriture est toujours simple, ne se prenant pas la tête avec de la technicité ou des sciences brutes tout en parsemant le récit de multitudes de choses purement fictives et futuristes mais qui restent compréhensibles par tous. L’intrigue, elle aussi, est globalement assez claire. Les sous-titres au texte et divers explications psychologiques et sociologiques s’avèrent eux toujours (plus?) complexes et réfléchis. En effet le fait qu’il n’y ait ici plus que deux gros arcs narratifs, a laissé la possibilité à Asimov d’exploiter au maximum les idées qu’il utilise. Les personnages (moins nombreux du coup) sont toujours plus réalistes et complexes. De nombreuses répliques peuvent aisément servir de citation psychologique ou idéologique tant les personnages et leurs façons de voir le monde sont travaillés.

La fin est absolument géniale (et le second arc en général) et mérite à elle seule toute la lecture de l’ouvrage. J’ajouterai tout de même un tout petit bémol personnel. En effet on a, en refermant l’ouvrage, la légère impression d’avoir lu un livre « intermédiaire » entre le premier et le troisième tome. Et même si le doute s’instille chez le lecteur, Asimov lui même nous livre intrinsèquement et de façon assez répétée comment il va surement rebondir dans le troisième volume… A moins que l’auteur ne se joue encore de nous? Ou que le plan de Sheldon soit encore plus complexe qu’il n’y parait?

Dans ce livre, Asimov consolide à la fois les bases de sa saga millénaire sur la Fondation et se permet de renverser toute l’intrigue et tout ce qui avait été posé dans le premier volume. Rarement autant que dans ces pages j’ai eu l’impression d’être manipulé par l’auteur qui a su distiller avec soin son intrigue et la façon dont le lecteur va la ressentir et l’interpréter. C’est un peu comme si on lisait le synopsis d’une oeuvre pour se rendre compte qu’elle a été rédigé précisément dans l’intention de nous mener en erreur et pour servir les divers rebondissements des volumes à venir.
Note: 17,75/20

Advertisements
commentaires
  1. […] Autres critiques : Maedhros909 (Lire, voir, jouer, écouter, découvrir) […]

  2. rp1989 dit :

    Un classique tout simplement :).

  3. […] l’ai déjà dit dans mon commentaire du volume précédent, contrairement aux tomes 1–2–3 l’intrigue des tomes 4 et 5 reste dans une continuité scénaristique et les […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s