Star Wars: La Croisade Noire du Jedi Fou, de Timothy Zahn

Publié: 11 août 2015 par maedhros909 dans Littérature, Science-Fiction
Tags:, , , , ,

heir of the empireCinq ans ont passé depuis la destruction de l’Etoile de la Mort et la défaite de l’Empereur.
Autant de temps pendant lequel la galaxie fut toujours plongée dans le chaos et la guerre. Une multitude de Moffs et de Grands Amiraux se disputèrent le commandement de l’Empire. Autant de menaces pour la Rébellion contrainte à chaque occasion de mettre fin aux plans de ces leaders tout en libérant les systèmes encore loyaux à l’ancien régime.
Une fois Coruscant enfin libérée une Nouvelle République fut proclamée, ne laissant qu’à l’ancien régime tyrannique qu’un tiers de ses territoires d’antan. Mais cette nouvelle ère de paix ne va être que de courte durée.
Aux frontières de la galaxie le Grand Amiral Thrawn aussi énigmatique que stratège fait soudainement beaucoup de tort aux postes frontaliers et aux convois de la République. Et ce n’est que le début du calvaire de la flotte rebelle, car Thrawn, tacticien hors paire, a aussi découvert deux secrets bien cachés par l’Empereur et qu’il compte bien utiliser pour mettre à genou les Rebelles et reconquérir la galaxie.
D’autre part au sein du nouveau sénat des dissensions politiques commencent déjà à se manifester perturbant le fragile équilibre galactique mis en place par les leaders de l’Alliance.
Mais plus inquiétant encore, Obi-Wan, l’ancien mentor de Luke Skywalker, prend mentalement contact avec lui pour un tout dernier message: un avertissement contre une menace du coté obscur qui se profile déjà dans les étoiles…

 

Je décale aujourd’hui ma chaîne de brouillons (pourtant déjà en retard de plusieurs semaines/mois!) pour intercaler un article sur cette trilogie géniale dont je termine la  relecture (T1: L’héritier de l’Empire ; T2: La bataille des Jedi ; T3: L’ultime commandement).
Plus encore que dans mes souvenirs, j’ai pu apprécier toute la justesse de Timothy Zahn, toute sa maîtrise de l’univers de StarWars et le profond respect qu’il a pour lui. Et, bien entendu, j’ai pu aussi noter plus précisément encore à quel point l’auteur s’est montré intelligent dans la rédaction de ses livres.

Il y a tellement de choses à dire sur ces trois livres que je ne sais même pas par où commencer. Alors prenons les choses dans l’ordre chronologique en s’attaquant directement à la première critique qui est fait à ce livre (ou aux autres).
A la fin des années 90, certains grands fans de StarWars, ceux de la première heure, ont eu bien du mal à supporter la Prélogie (à tort ou à raison selon les épisodes peu importe). Plus encore, beaucoup d’entre eux n’apprécient guère ce que l’on nomme « l’Univers Étendu » et qui regroupent les jeux, les romans, les comics etc. Dans ces suites, préquelles ou histoires parallèles ils ne reconnaissent guère la Saga qu’ils aiment tant et ne voient que le côté mercantile de la chose, présent certes mais pas forcément incompatible avec une certaine qualité artistique. Bien sur il faut faire attention et savoir trier avec soin sous peine de se retrouver avec l’atroce « Les enfants du Jedi » de Barbara Hambly dans les mains ou des jeux vidéos à la qualité relative. Mais si on se penche un peu sur les ouvrages publiés on peut aussi dénicher de petites pépites comme « Les Ombres de l’Empire » de Steve Perry ou « Dark Maul: l’Ombre du Chasseur » de Michael Reaves dont je parlerai peut-être un jour. On croise dans les ouvrages StarWars également de grands noms de la SF ou de la Fantasy comme RA Salvatore, Kevin J Anderson ou encore Troy Denning.

Mais revenons au sujet principal: la Trilogie de Timothy Zahn! Il faut savoir que le premier volume « l’Héritier de l’Empire » a été publié en 1991, soit 7 ans avant StarWars épisode I et constitue plus ou moins le « point de départ » de l’Univers Étendu. Avant cette trilogie il n’y avait que les livres concernant les trois films. Par conséquent la majeure partie de ce qu’écrit l’auteur constitue des points centraux, ou du moins essentiels, à tous les autres futurs livres qui sortiront plus tard et relatant le futur des héros de la Guerre des Etoiles.
Dans la même logique, sans aucun autre film, aucun personnage, aucun ouvrage sur lequel se reposer pour construire ses intrigues, Timothy Zahn innove avec passion et exploite à 100% la Trilogie de George Lucas et uniquement les films. Et c’est avec cette démonstration que je conseille vivement aux fans, même les plus hardcore, des trois premiers films de se pencher sur ces livres, fidèles, respectueux et intelligents pour la seule et simple raison qu’ils ne reposent que sur la Trilogie d’origine et tout ce qui peut s’y dire ou s’y dérouler.

admiral_ackbar_by_jubjubjedi-d8f308qEn essayant de ne pas trop spoiler l’intrigue je vais tenter d’illustrer mon propos sur la cohérence générale de cette trilogie avec celle de Lucas en parlant de quelques unes des meilleures idées développées dans l’ouvrage:
– Concernant les personnages que l’on connait: Yan et Leia sont à présent, tout naturellement, mari et femme. L’ancienne princesse d’Alderaan, aujourd’hui conseillère au sénat, est également enceinte de jumeaux. Comme il se doit, sous les enseignements de Luke, celle-ci apprend à présent lentement à maîtriser la force et possède depuis peu son propre sabrolaser.
Luke se prépare donc à former également les jumeaux Solo mais cette responsabilité, ainsi qu’un intriguant avertissement d’Obi-Wan, le font à nouveau douter de ses capacités (ou ses connaissances) de Jedi ce qui détourne sa quête du héros vers l’objectif de devenir un mentor à son tour, et de le faire bien.
– Avant même le script de l’épisode I et avec pour seule base une ou deux phrases dans les premiers films (et peut-être l’aval de Lucas qui a du adorer, connaissant lui les grandes lignes de son futur projet) l’auteur place au cœur de l’intrigue l’époque des Guerres Cloniques, les destroyers spatiaux pré-Impériaux et le système de clonage humain forcément au cœur de la machine de guerre de l’Ancienne République. Un tour de force hallucinant qui place cette trilogie au cœur de StarWars tout entier, même encore aujourd’hui. Les héros que l’on connait ont légèrement vieilli mais en apprennent également beaucoup sur le passé de la Galaxie, ancrant l’intrigue dans un monde qui nous parait « constant », « vivant » et non figé à l’instant T de l’intrigue.
– Dans la même idée, il y a bien d’autres points détaillés par Zahn dans les ouvrages qui rendent son intrigue si « réaliste » par rapport au reste de StarWars. Il explique par exemple comment l’Alliance Rebelle s’est formée, ses liens avec le Sénat Impérial, et qui en était à l’origine. Dans l’autre camp il nous propose une autre vision de l’Empereur. Celle d’un homme qui dissimule de multiples secrets, même à ses plus fidèles partisans, un homme paranoïaque, maniaque et collectionneur de trophées (« Tu es à moi » est après tout une de ses phrases favorites… il est donc logique qu’il soit très matérialiste et possessif). Ces deux idées seront allègrement reprises dans Episode III avec d’un côté les frises murales et autres contes Sith de Palpatine et de l’autre l’implication de Bail Organa au cours de l’exécution de l’Ordre 66. Enfin il introduit le personnage clé de Mara Jade, ancienne « Main de l’Empereur », une agent/assassin secrète de ce dernier. Ce personnage (comme la plupart des autres du livres d’ailleurs) est ambiguë, ses motivations sont floues et son avenir incertain. Sa relation avec Skywalker est extrêmement bien travaillée (et pour cause vu leur futur commun).
star_wars__tcg___grand_admiral_thrawn_by_anthonyfoti-d863vwv– Côté Empire nous avons là un antagoniste hautement efficace qui donne toute sa vigueur au livre: le Grand Amiral Thrawn. Seul non-humain nommé Amiral par l’Empereur, sa tactique et sa maîtrise des batailles spatiales est sans égale. Un genre de Napoléon ou d’Alexandre le Grand façon StarWars. Contrairement aux films où les rebelles sont toujours au final ceux qui ont un coup d’avance, ici Thrawn en a toujours deux ou trois! Il met à genoux les Amiraux et la flotte de l’Alliance. Et c’était vraiment important je pense d’avoir un vrai méchant bien dangereux sans tomber dans le cliché du méchant Seigneur Sith. Thrawn est la sève de cette trilogie et la raison principale de son succès! Pour la première fois dans StarWars on met l’accent sur la stratégie militaire ce qui rend les chapitres avec Thrawn savoureux à souhait. A noter que sa chute peut être mise en parallèle avec celle de l’Empereur certaines (rares) erreurs qu’il commet était les mêmes.
Autre point intelligent: l’idée que l’Empire ne s’évapore pas avec la mort de l’Empereur comme cela est suggéré à la fin du Retour du Jedi. A l’instar de certains empires historiques il reste encore dans la galaxie des partisans de l’Empire et une multitudes de bras droits qui se sont disputés les restes. Certains même pourraient penser qu’avec un dirigeant moins autoritaire que ne l’était l’Empereur Palpatine l’Empire est une situation politique préférable à la toute nouvelle et fragile République qui fait écho à celle qui s’est effondrée quelques décennies auparavant.
– Tout comme Zahn utilise les clones dans son intrigue, il nous apprend beaucoup sur certaines races vues ou évoquées dans les films. Ainsi l’Amiral Ackbar est très présent de même que l’histoire de l’entrée des Mon Calamari dans l’Alliance. Les Bothans, fameux espions évoqués par Mon Mothma dans le Retour du Jedi, sont également mis en avant. Kashyyyk, la planète des Wookies et leur culture sont aussi finement détaillés. Les Noghris, guerriers et assassins d’élites de l’Empire sont eux introduis par l’auteur.
– En vrac l’auteur utilise en définitive pleins de petites failles ou pistes de réflexion laissées par Lucas dans ses films. Exemples: Pourquoi le maître Jedi Yoda s’est-il réfugié précisément sur Dagobah et pourquoi habite t’il à côté d’une grotte envahie par le Coté Obscur? Et si l’épreuve de Luke dans cette grotte n’avait pas encore livrée tout son sens? Dans quel état mental et psychologiques peuvent être des clones humains? Que se passerait-il si on clonait un Jedi? Pourquoi et comment un Jedi peut-il parfois revenir après sa mort comme le fait Obi-Wan? etc. etc. Bref tout un tas de petites explications, de petits détails, tous mieux trouvés les uns que les autres et qui, encore une fois, renforce l’ancrage total de cette histoire dans les films de Lucas, sa fidélité absolu au matériel d’origine et la qualité des intrigues qui nous sont proposées.

Côtés défauts on reproche souvent à Timothy Zahn de ne faire vivre aux héros qu’une banale suite de péripéties sans réelle réflexion. Même s’il y a du vrai car dans la forme c’est effectivement très tourné vers l’action c’est un reproche injuste qui est fait à ce livre. En effet c’est oublier que les films StarWars eux-mêmes ne sont qu’une suite de péripéties basées sur le modèle de la quête du héros classique.
Si je devais trouver un vrai défaut à cette Trilogie je dirai que ce sont ces dernières pages. Je trouve en effet la (/les) bataille finale un peu trop vite expédiée, les épilogues peu claires et les relations entre les personnages en fin d’histoire un peu bâclées. Je pense qu’une quarantaine de page en plus dans le troisième volume auraient été bienvenues!

Niveau écriture, Zahn a un style efficace, rapide, sans temps mort. L’action sert l’intrigue, les personnages vont tout droit et les événements s’enchaînent. En plus d’une grande maîtrise des descriptions des scènes de batailles spatiales, il s’efforce également de forcer le trait sur les pensées des personnages, leurs interrogations, leurs déductions (parfois complètement fausses!) plutôt que de se focaliser sur leurs sentiments à proprement parler. Dans un certain sens il me fait penser un peu à Gemmell sur ce point. Ce traitement de la pensée des personnages ne fait ici que renforcer l’aspect « stratégique » déjà apporté par Thrawn et ceux qui vont s’opposer à lui. Pour les autres personnages se tourner vers leurs pensées plutôt que vers leurs sentiments renforcent en général les tensions qu’ils peuvent y avoir en eux vu que le lecteur connait également leurs doutes ou leurs confiances les uns envers les autres.

victory_ii_class_star_destroyer_by_madboni-d8mch7u

Pour moi La Trilogie de la Croisade Noire du Jedi Fou est certainement la meilleure série de livres Star Wars publiés et que j’ai lu.
Etant les premiers livre de la licence StarWars publiés, ils sont travaillés à partir de la Trilogie uniquement et sont donc à la fois fidèles et novateurs.
L’auteur arrive à la fois à réutiliser habillement des détails laissés flous par Lucas pour les étoffer ou en faire des éléments centraux à l’intrigue et également projeter les personnages et événements dans un futur « réaliste » ancré dans l’univers de la Saga de façon logique, cohérente et avec des liens au passé/début de la Guerre Civile.
Le style de Zahn est simple et efficace, s’attardant sur l’action et les réflexions des personnages plus que sur leur vie « privée ».
On peut peut-être uniquement lui reprocher une fin un chouia expédiée si on considère tous les enjeux en cours dans les derniers chapitres.
Note: 18/20

 

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    C’est super de savoir quand des livres inspirés de films sont bons :).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s