Red Sonja: La Malédiction de Gathia (T1)

Publié: 4 janvier 2016 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , ,

red sonja 1Scénario: Michael Avon Oeming, Mike Carey et Mel Rubi
Dessins: Alex Ross, John Cassaday, Marc Silvestri, Greg Land, Mike Turner etc.

« Sachez, ô prince, qu’à la même époque où le Cimmérien foulait la terre des royaumes hyboriens, l’une des seules épées capables rivaliser avec la sienne, appartenait à Red Sonja, une femme guerrière issue de la majestueuse Hyrkania.

Obligée de quitter sa terre natale pour avoir rejeté les avances d’un roi et l’avoir tué ensuite, elle chevauchait vers l’ouest au-delà des steppes turaniennes, à travers les brumes des contrées de légendes. » 

Chroniques némédiennes

 

Aujourd’hui au menu c’est Sword and Sorcery !
Pour ceux qui ne sauraient pas encore ce que signifie ce terme: petit cours de rattrapage!. Le Sword and Sorcery est considéré comme un sous-genre de la Fantasy. La plupart du temps plus sombre, plus violent et plus adulte que la Fantasy en général le S&S se distingue globalement d’autres sous-genres proches comme la Dark-fantasy ou l’ Heroic-fantasy par quelques points précis. Comme son nom l’indique les héros et personnages sont en général de valeureux et puissants guerriers. Les intrigues sont donc très orientées sur l’action et les combats et assez peu sur la réflexion ou l’enquête. Comme son nom l’indique également la magie est une pratique quasi-exclusivement réservée aux antagonistes et aux grands méchants. Ces méchants sont donc principalement des sorciers ou des personnages maîtrisant la magie. Parfois il s’agira même de divinités, de démons ou d’autres incarnations du surnaturel puisque dans le S&S les héros sont tout puissants et en viendront quand même à bout. De nombreux personnages (même principaux) ont parfois une morale ambiguë, ou sont même carrément amoraux, tout en battant la plupart du temps pour une cause juste et pour le bien en général. Le principal représentant de la Sword&Sorcery est bien sur Conan le Barbare crée par Robert E. Howard dans les années 30!
Red Sonja est une descendante directe de Conan puisque directement inspiré par un petit personnage que le grand Cimmérien croise dans une nouvelle.

Voilà les présentations sont maintenant terminées passons à Red Sonja Volume 1!
Je vais rapidement passer outre une des critiques principales que l’on fait à Red Sonja en général… Oui il est parfaitement impossible qu’une femme se batte vêtue uniquement d’un bikini de mailles mais le genre même du S&S fait que cette critique n’a pas lieu d’être. Les héros sont surpuissants, il est donc tout à fait logique et parfaitement cohérent qu’elle se batte comme ça en prétextant que cela distrait ses adversaires. Conan est lui aussi toujours torse nu!
Je ne vais pas trop m’étendre non plus sur la simplicité du scénario et de l’intrigue compte tenu du genre auquel l’ouvrage appartient c’est également assez normal. Néanmoins ce qui est vite frappant dans le Comics c’est l’incompréhension générale qui découle des événements. L’intrigue à beau être très simple, la façon dont les péripéties s’enchaînent rend le tout très vite fouillis, brouillon, on s’y perd sans raison. On y trouve presque aucune explication sur pourquoi et comment Red Sonja en est là en début d’ouvrage, alors qu’elle est visiblement déjà en voyage voire même déjà en quête puisqu’elle cherche une ville en particulier. On ne trouve pas plus de présentations des environnements, ni des cultures, ni des royaumes… bref on est un peu perdu! Par dessus tout cela vient s’ajouter des ellipses parfois étranges et des interventions diverses de créatures ou d’antagonistes dont on ignore absolument tout des origines ou de leurs motivations. Les dialogues n’aident pas plus et sont souvent assez (trop) basiques.
Malgré ces défauts, on voit parfois, en particulier à la fin, quelques notions d’anthropologie qui nous rappelle que tout n’est pas simple dans l’univers de Red Sonja, que tout n’est pas forcément manichéen et que parfois toutes les solutions ont leurs avantages mais aussi leurs inconvénients. Brouiller la frontière entre bien et mal et effacer un peu le manichéisme est également typique de la Sword & Sorcery (et de la Dark-Fantasy).

Côté dessin difficile à dire, j’ai trouvé cela plutôt inégal.
Certains planches sont magnifiques, d’autres beaucoup moins. Dans l’ensemble ça reste très joli et surtout très inspiré en terme d’environnements et de paysages. Les villes et les royaumes ont suffisamment d’inspirations visuelles différentes pour qu’on ne les associe pas avec une culture réelle. Les scènes d’action sont très bien faites, bien rendues et très violentes comme il se doit!

Que ce soit pour l’écriture ou pour le dessin je pense que Red Sonja souffre d’un trop grand nombre de scénaristes et de dessinateurs sur le projet. Ce groupe de travail, qui me semble bien plus important que pour les Comics que j’ai pour le moment l’habitude de lire, est selon moins ce qui rend le tout un peu inégal en terme de dessin et un peu brouillon en terme d’écriture.

Petit aparté sur l’éditeur « Panini Comics ». En comparaison avec Urban Comics ou même L’Atalante pour la Brigade Chimérique ou Casterman pour le Transperceneige, il faut bien admettre que c’est un peu léger. Les volumes sont plus fins pour un prix équivalent ou légèrement supérieur. Le rapport Prix/Nombre de Pages est donc beaucoup moins intéressant que d’habitude. A noter également la couverture pseudo-rigide cartonnée d’une qualité bien inférieure à celle rigide et brochée des éditeurs concurrents. Pas top donc pour ceux qui publient également Marvel dans l’hexagone.

En bref donc un ouvrage bien sympathique, profondément ancré et typique du genre Sword and Sorcery. Néanmoins il souffre sans doute d’une équipe trop fournie pour un Comics le rendant inégal et brouillon tant sur le fond que sur la forme.
Note: 13,75/20

PS: Le commentaire de La chambre rose et noire.

Advertisements
commentaires
  1. […] Nous revoilà rapidement de retour dans la finesse et la délicatesse avec le deuxième volume de Red Sonja chez Panini Comics! Pour ceux qui auraient loupé mon commentaire sur le tome précédent (et ma définition du genre littéraire « Sword and Sorcery ») c’est par ici. […]

  2. rp1989 dit :

    J’ai bien aimé la réflexion un peu anthropologie. L’intrigue est un peu complexe pour rien.
    Tu m’as fait découvrir les termes « sword and sorcery ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s