Red Sonja: Les Archers (T2)

Publié: 8 janvier 2016 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , ,

red sonja 2Scénario: Michael Avon Oeming, Mike Carey et Mel Rubi
Dessinateurs: Alex Ross, John Cassaday, Marc Silvestri, Greg Land, Mike Turner etc.

Red Sonja revient en terre hyrcanienne et fait connaissance avec une jeune fille dont le destin lui rappelle étrangement son propre passé.

Tandis que les deux demoiselles combattent une bande de malandrins, la Diablesse et sa jeune compagne découvrent avec amertume le terrible prix de la survie dans un monde qui sombre toujours un peu plus dans le chaos.

En chemin, un mystérieux assassin se révèle à Sonja de façon aussi inattendue que brutale. L’heure du retour d’un vilain séculaire a enfin sonné…

 

Nous revoilà rapidement de retour dans la finesse et la délicatesse avec le deuxième volume de Red Sonja chez Panini Comics!
Pour ceux qui auraient loupé mon commentaire sur le tome précédent (et ma définition du genre littéraire « Sword and Sorcery ») c’est par ici.

Ce sera peut-être un des commentaires le plus court sur mon blog car… je n’ai pas grand chose à dire de vraiment nouveau dessus.
Les dessins sont toujours inégaux d’une page à l’autre quoiqu’en légère amélioration.
L’intrigue, elle, m’a semblé légèrement moins alambiquée mais en parallèle il ne se passe pas grand chose non plus si on compare au premier volume. A noter que le travail sur le personnage de Red Sonja est bien meilleur! En effet Sonja sauve une jeune adolescente dans les ruines d’un village massacré par des barbares. Ayant un ancien lien d’amitié avec les habitants elle décide de les pulvériser mais sa jeune admiratrice la suit pour se venger elle aussi de ses bourreaux. Les tourments que la pauvre enfant a subi font écho chez Sonja à son propre passé et on en apprend donc ainsi plus l’histoire de l’héroïne. Même si cela est un moment classique dans les comics d’avoir en flashback les débuts du héros et ses motivations, le fait que ces souvenirs soient ici même en relation avec la « robin » de Red Sonja est intéressant.
A noter également que le Comics se permet une nouvelle fois vers la fin de nous rappeler que le Sword and Sorcery est un genre violent et sans pitié en faisant le tri entre les personnages.

L’épilogue du Comics se révèle assez mauvais (et surtout mal coupé en terme de suspens etc) et nous révèle enfin le grand méchant de l’histoire, qui comme je l’avais suggéré dans le commentaire du volume 1 est une divinité. Pourquoi viser petit?

Je me permet une complète digression devant mon incrédulité totale vis à vis de la politique éditoriale de Marvel. Les univers parallèles et les cross-overs entre super-héros sont des pratiques courantes chez DC comme chez Marvel, et c’est bien normal. Mais je ne m’attendais pas à cela en lisant l’annotation concernant le méchant de Red Sonja… Je m’explique.
Red Sonja fait parti d’un genre littéraire bien particulier avec ses codes visuels et thématiques. Comme je l’ai dis c’est assez sombre, sanglant, calé au bas moyen-âge même si c’est jamais dit, avec un certain rapport à la magie etc. Cette fameuse note commence donc en me précisant rapidement qui est l’antagoniste et qu’il s’agit également d’un ennemi classique de Conan, ce qui est tout à fait logique. Lors d’une autre de ses apparitions Conan s’est allié à Elric pour le vaincre. Bon.. déjà Elric devrait être un méchant et non un allié du point de vue de Conan vu ses pouvoirs et ensuite c’est mélanger de la Dark Fantasy et du Sword and Sorcery mais bon ça reste un minimum cohérent dans l’univers sombre et médiéval. Mais quel ne fut pas mon désarroi de lire ensuite que son apparition suivante eut lieu au XXe siècle contre les Vengeurs… non mais c’est une blague? Pire encore apprendre que Red Sonja intervenait en même temps dans un autre cross-over avec Spiderman grâce à un magicien qui lui fait prendre possession du corps de Mary Jane… Non mais c’est pas sérieux ça! C’était la seule autre héroïne rousse en stock c’est pour ça? Et voilà qu’on mélange de la Fantasy médiéval gore et adulte avec des super-héros légers et contemporains… merde faut croire que y’a aucune limite de cohérence chez Marvel des fois. Même le coup d’un Bruce Wayne perdu dans le temps et créant un pseudo-Batman à chaque époque a au moins pour lui le mérite d’évoquer un cycle de réincarnation avec une destinée immuable au personnage: celle de devenir Batman tout le temps. Vous imaginez si Astérix était téléporté en 2010 afin de s’allier à la Justice League pour affronter César réincarné en Joker vous?… Bref fin de la digression puisque, fort heureusement, ce n’est pas cela que j’ai lu.

En conclusion, une deuxième volume en progression avec un personnage bien travaillé et qui gagne en profondeur. L’intrigue commence à prendre plus son temps et semble plus claire même si cela est un peu au détriment des scènes d’actions. Heureusement les flashbacks de Sonja et sa relation de mentor avec sa protégée comble parfaitement ce « manque » d’action.
Note: 14,25/20

 

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    J’ai moins aimé ce tome 2. Après il reste intéressant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s