Star Wars VII: L’Eveil de la Force, de J.J. Abrams

Publié: 22 janvier 2016 par maedhros909 dans Action, Aventure, Cinéma, Science-Fiction
Tags:, , , , , , , , , , , ,

star wars coverDate de sortie: 16 décembre 2015
Durée: 2h15
Titre original: Star Wars: Episode VII – The Force Awakens
Réalisé par: J.J. Abrams
Avec: Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Harrison Ford etc.
Genre: Aventure, Action, Science fiction
Nationalité: Américain

Trente ans ont passé depuis la mort de l’Empereur et de Dark Vador.
Luke Skywalker s’est mystérieusement exilé alors que la Galaxie voit surgir un nouvel Ennemi: Le Premier Ordre. Construis sur les vestiges de l’Empire Galactique, cet Ordre est sous l’influence du Côté Obscure et menace la jeune et fragile Nouvelle République.
Contre lui, une Résistance s’est pourtant organisée et guidée par Léia Organa. Celle-ci envoie Poe Dameron un de ses meilleurs agents et pilotes sur une planète isolée, Jakku. Il doit y récupérer une mystérieuse carte galactique qui la mènera à son frère Luke.
Mais le Jedi noir Kylo Ren et le Premier Ordre convoitent aussi cette information et c’est le stormtrooper repenti Finn et l’intrépide Rey qui vont bientôt tenir entre leurs mains l’avenir de la Galaxie…  

 

Histoire / Scénario / Script :
Les Plus:
– Rentrons directement dans le vif du sujet! L’univers de Star Wars est-il respecté?
Et bien pour ma part j’ai trouvé que oui, l’univers et l’ambiance des Star Wars sont bien là. Dès le générique d’ouverture et l’apparition du Croiseur Interstellaire du Premier Ordre on est de retour dans cette galaxie lointaine, très lointaine qu’on connait et qu’on aime tant. Cette sensation perdure agréablement pour le reste du film et ce même s’il comporte pas mal de problèmes et d’incohérences (mais j’y reviendrai). Même si j’ai mangé presque tout de l’univers étendu et que je me range plutôt dans la catégorie des « fans hardcore » je ne pense pas que cela soit uniquement de la nostalgie. J’étais par exemple sorti bien plus circonspect du Hobbit I malgré un retour équivalant en Terre du Milieu et un sentiment semblable que j’ai pour l’univers de Tolkien.
La sensation d’un univers persistant qui a évolué mais qui est toujours bel et bien le même est réfléchie, travaillée et contribue pour beaucoup à l’immersion immédiate du spectateur dans le film (et ce même s’il a une connaissance partielle de l’univers de StarWars celui-ci étant depuis longtemps fusionné à la pop-culture).
– Pour rester dans le même ordre d’idée, j’ai été agréablement surpris de constater que le fan service brute est assez bien maîtrisé dans StarWars VII. Les références sont bien-sur très présentes mais pas omniprésentes, ni connectées à l’intrigue. En comparaison le fan service de Jurassic World se révélait lui très grossier, poussif et inutile à l’immersion (celle-ci étant apporté par le parc ouvert en lui-même).
– On retrouve dans StarWars VII quelques excellentes idées et concepts nouveaux ou originaux qui apportent du fond supplémentaire aux propos de la Saga. Merci à Lawrence Kasdan (scénariste de StarWars V et VI aussi) pour ça et j’espère qu’il continuera dans ses idées. Pour commencer, le Nouvel Ordre est clairement une métaphore du IIIe Reich tant dans son traitement, sa forme ou ses actes. Même si cela peut être considéré comme une petite facilité scénaristique, il ne faut pas oublier non plus que l’Empire est lui aussi une autre incarnation potentielle du Reich allemand. Ainsi dès le début du film le raid des Stormtroopers dans le petit village de Jakku est parfaitement réussi. Les troupes du Premier Ordre sont réellement violentes et maléfiques, la scène du massacre du village est poignante et pose parfaitement les enjeux initiaux quant à la fuite des héros. Plus intéressant, le film se dédouane également d’une partie du manichéisme latent des StarWars en humanisant les Stormtroopers lors de la mort du frère d’arme de Finn. Ses soldats ne sont plus de simples soldats lambda ou des clones mais de vraies personnes, endoctrinées et violentes certes mais bien humaines.
– Autre point positif du scénario, les thématiques abordées diffèrent légèrement de la Trilogie et beaucoup de la Prélogie. Dans la Trilogie on aborde une guerre civile à échelle galactique, les rebelles combattent pour un idéal perdu et pour la liberté en général. Le rapport à la force y est mystique, ésotérique tout en restant rationnel puisque Luke doit avoir un entrainement poussé pour la maîtriser et doit traverser des épreuves intérieures. Dans la Prélogie il est question de politique, de la chute de la civilisation au profit d’un empire et d’un obscurantisme. La force, elle, est devenue presque pragmatique, elle devient quantifiable chez un individu et les Jedi ont des bibliothèques pour conserver leurs savoirs à son sujet. Qu’on aime ou pas la Prélogie elle avait l’énorme mérite de proposer des thématiques très différentes de celles des épisodes IV, V et VI et de mener les spectateurs vers de nouvelles approches de certains sujets ou de nouvelles thématiques. StarWars VII même si cela est bien plus discret que dans la Prélogie à cause de sa narration (mais j’y reviendrai) introduit également de nouvelles petites idées. Ici ce sont les sbires du Nouvel Ordre et non plus les Rebelles qui se battent le plus pour leur « idéal », celui d’un ordre fanatisé, métaphore de l’Allemagne nazie des années 30-40. Dans le même temps depuis StarWars VI, et ce même si Luke semble avoir tenté de refonder l’Ordre Jedi, la force est passée d’une nature mystique à une nature « religieuse », le plus important est d’y croire, plus besoin de la connaitre, la comprendre ou même de s’entraîner à la maîtriser. Luke est devenu un mythe et la galaxie semble encore moins croire en la Force que dans la Trilogie originelle ce qui renforce et renforcera d’autant l’impact de ceux qui la maîtrise sur les événements.
Plus vraiment non plus ni de guerre civile ni d’intrigues politiques malgré la présence de la Résistance mais plutôt une confrontation frontale entre ceux qui « croient » dans le Premier Ordre et ceux qui n’y croient pas. L’attaque du Starkiller n’est pas du même ordre que celle de l’Etoile Noire. Dans épisode IV la destruction d’Alderaan a pour but d’inspirer la peur dans la galaxie quant à un pouvoir déjà en place. Puis l’Etoile Noire devient une arme de guerre pour détruire l’Alliance Rebelle. Dans le VII l’attaque du Nouvel Ordre sur la République n’est rien de plus qu’un attentat à échelle galactique afin d’affaiblir, voire de détruire, le pouvoir dominant la galaxie à leur place, comme pourrait l’être un putsch.

Les Moins:
– Avec une certaine surprise (et une certaine déception) on constate assez facilement le manque d’originalité de la structure narrative de StarWars VII. En effet celle-ci n’est pas seulement semblable au cavenas classique de la « quête du héros » comme l’étaient les épisodes IV, V, VI mais également semblable à la Trilogie elle-même. Pratiquement toutes les scènes, les péripéties, les scènes d’actions reprennent des éléments déjà apparus auparavant. Je pourrai m’amuser à tous les lister un par un, minute par minute mais cela serait très long et inutile, aussi je ne vais m’attarder que sur les éléments qui en plus de ne pas être originaux m’ont gênés.
– La première et principale faille du scénario du film vient du Starkiller, la super-arme du Nouvel Ordre, cette grosse Etoile Noire 2.0. Mais pourquoi se limiter à cette simplicité?! Quel banalité, quel incohérence! « StarWars IV with a bigger laser! » comme le dit un site internet. Je veux dire deux étoiles noires explosent en 4 ans de guerre entre l’Empire et l’Alliance et 30ans plus tard, le Premier Ordre qui a récupéré les vestiges de l’Empire… a construit une autre super arme! Avec un autre point faible unique gros comme une maison! Dans la même idée l’attaque de la Résistance sur le Starkiller fait bien ridicule à comparer de la bataille de Yavin. Les éléments d’actions ultra-rapides en arrière-plan sont entre-coupés en plus par une scène « chargée » émotionnellement et sont bien pâles par rapport à la séquence à haute tension de la tranchée de l’Etoile Noire.
– Toujours à cause de cette reprise narrative de la Trilogie, l’intensité dramatique est la plupart du temps faible voire nulle une fois passée la première demi-heure. La faute à des ficelles de narration énormes et des enjeux soient absents soient tellement évidents qu’ils ne suscitent que peu de suspens et d’émotions. On sait que le Starkiller va être détruit car l’Etoile Noire l’était. On sait qu’un mentor va mourir car ObiWan est mort dans le IV. On sait qu’une histoire d’amour va naître car pour c’était le cas Han et Leia. On sait que Luke va être retrouvé car comme Yoda en son temps un deuxième mentor, un Jedi, doit être trouvé etc. etc. etc.
– Autre conséquence d’avoir voulu récupérer une structure narrative qui a eu une conclusion dans l’Episode VI est que l’on crée indirectement un nombre croissant d’incohérences. Et attention, je ne parle pas d’incohérences avec (RIP) l’univers étendu mais bien d’incohérences avec les conclusions du Retour du Jedi. Certaines sont expliquées en cours de route comme la relation Léia/Han ou l’exil de Luke.. d’autres ne le sont pas.
Outre Snoke et la chute de Ben Solo, le Premier Ordre tout entier pose par exemple un gigantesque problème de cohérence. Lucas a conclu sa trilogie par la chute d’un Empire et le retour de la paix et de la démocratie, de l’équilibre dans la Force. Il a ensuite mis 3 films pour expliquer comme une démocratie peut s’écrouler. Ici Snoke et son Ordre ne sont clairement pas infiltrés au cœur de la République comme l’était Palpatine. Ils ne semblent pas d’ailleurs plus impliqués que cela dans la démocratie galactique. Alors comment est-ce possible que la toute Nouvelle République qui garde pourtant encore en mémoire l’Empire ait pu laisser le Premier Ordre exister et avoir autant de ressources matérielles? Mince, c’est super gros le Starkiller et il a fallu déjà 15ans pour construire l’Etoile Noire vu qu’on la voit à la fin d’Episode III! Et la République ne semble soutenir que de loin la Résistance alors qu’elle devrait être elle-même contre un ordre dictatorial. Pire encore personne ne semble surpris que le Starkiller existe lorsqu’il fait feu, ce qui sous-entend que la République connaissait son existence (contrairement à la majeure partie de la galaxie qui ignore l’existence de l’Etoile Noire dans StarWars IV) et qu’ils ont également laisser faire sa construction, toujours avec la mémoire de l’Etoile Noire. Aberrant.
– En vrac deux-trois autres incohérences et illogismes mineurs, voire un peu tatillons, mais qu’il aurait été si facile d’éviter. Les lasers ne font pas saigner, la plaie est cautérisée par la chaleur sans quoi Luke (et Anakin, et QuiGon) se serait vidé de son sang lors de sa mutilation sur Bespin. Pourquoi Léia ne maîtrise t’elle pas la force alors que Luke lui affirme dans le Retour du Jedi qu’il va lui apprendre à la maîtriser quand le temps sera venu?.
– Le rapport à la Force de StarWars VII est intéressant, ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il doit être immédiat, inné et surpuissant. Rey sait à peine de quoi il s’agit et parvient à défaire un Jedi obscur qui, même s’il manque d’entrainement, reste un combattant visiblement aguerri et qui possède une certaine connaissance et une certaine maîtrise du sujet. Le rapport au sabre laser (même si c’est celui des Skywalkers) est un peu douteux aussi. C’est la baguette qui choisit son sorcier et pas le sabre qui choisit son Jedi. Et même s’il provoquait une vision chez Rey cela ne devrait pas être du fait de l’arme elle-même mais de, son histoire à elle, sa destiné ou sa filiation à d’autres personnages.
– Cerise sur le gâteau les Deux Ex Machina sont légions! Je vais m’attarder sur les deux qui m’ont semblé les plus grossiers. Comme par hasard le personnage principal Rey, la carte pour trouver Luke ET le Faucon Millenium perdu par Solo sont tous les 3 en même temps sur la même planète. Comme par hasard aussi ce même Han Solo qui cherche son vaisseau depuis minimum dix ans si on en croit les déclarations de Rey sur l’immobilisation du Faucon passe par là pile au bon moment. La Galaxie StarWars a été rétrécie à 10 planètes pour que tout soit si évident?
Avec le Starkiller on a faire également au bouclier le plus ridiculement facile à désactiver de l’univers! Une planète entière transformée en une super-arme hautement technologique capable d’absorber des étoiles, des millions de soldats et techniciens sur place…et un seul bouton OFF pour le bouclier? Sans personne pour remarquer qu’il est éteint et le remettre en route de la même façon via une autre console informatique? What the fuck? Comparons aux autres films… Pour désactiver un simple rayon tracteur de l’Etoile Noire dans StarWars IV: faire le tour de la station et aller au cœur de la machine pour couper le circuit. Dans StarWars V: pour paralyser la base Echo l’Empire détruit son imposant générateur d’énergie avec un TB-TT. Enfin pour Le Retour du Jedi c’est encore pire: pour couper le bouclier de l’Etoile de la mort il faut carrément faire sauter un bâtiment entier de la taille d’un complexe industrielle avec une antenne titanesque sur la lune d’Endor… On est loin du bouton OFF.
– L’absence absolue de (nouvelles) répliques ou de scènes cultes comme « ce ne sont pas ces droïds là que nous recherchons » ou « Je suis ton père ». Je mettrai un jour peut-être ma théorie sur le rapport entre originalité et impact culturel par écrit mais tel que, pour l’instant, pour StarWars VII, on en reste à: Peu d’originalité = peu de trucs marquants = peu (ou pas) de scènes cultes. C’est mathématique. Et c’est amplifié par le lourd passé de la saga en terme de scènes cultes et un problème sonore dont je parlerai plus tard.

Stronger, Faster, Harder, Bigger... Better?

Stronger, Faster, Harder, Bigger… Better?

 

Réalisation / Rendu visuel / Effets spéciaux :
Les Plus:
– Bon il faut reconnaître que JJ Abrams même s’il reprend parfois certains plans iconiques de la saga le fait avec brio et même avec sa patte personnelle. Pas de doute là dessus. Que l’on aime ou pas son style est plus rythmé que celui de Maître George. L’action est au cœur des scènes et l’image n’a jamais le temps de se poser. C’est à la fois un plus et un moins car si on gagne en rythme on perd pour beaucoup l’aspect « panoramique », l’aspect « grandiose » qu’avait les films de Lucas. Pour donner un exemple concret de scènes pour illustrer ça je pourrai aussi comparer la première apparition du Faucon dans StarWars VII et celle de l’Entreprise dans Star Trek (les deux du même réalisateur donc). Dans le premier on le voit en coup de vent au cœur d’une fusillade, la scène est réussie et le Faucon fait sa démonstration de vol juste après mais cela reste assez flou et rapide. Dans le second on voit de loin le vaisseau à l’arrêt alors que Kirk arrive en moto ce qui le rend de suite majestueux et grandiose. Globalement même les croiseurs du Nouvel Ordre ne sont jamais vraiment montré en entier de loin plus de quelques secondes, ni même le Starkiller d’ailleurs. C’est un peu dommage je trouve mais relève d’un choix fait sciemment par Abrams pour placer ses personnages à une échelle minuscule. En effet tout comme Rey se ballade dans les épaves il serait impossible pour un véhicule léger de type X-Wing de voir le Starkiller en entier à part de vraiment loin.
– Il est temps de faire un point sur les décors et les costumes qui sont absolument magnifiques! Sans nul doute que les effets spéciaux ont été réduis au minimum (voire au néant) dans de très nombreux plans. Le visuel réaliste et organique est un hommage au travail de génie et de bricolage qu’a fait Lucas dans sa Trilogie. On est tout de suite projeté sur Jakku, et les décors ne laissent pas de doute… nous sommes bien sur Jakku et pas dans un désert terrien. Les bâtiments, les accessoires et costumes eux aussi sont de toute beauté. Il n’y a que peu de chose à dire d’autre si ce n’est un grand bravo.
– La 3D m’a laissé un sentiment partagé. J’ai vu le film deux fois, une fois en VO et autre en VF. Lors de ma première séance je suis sorti avec un mal de tête épouvantable et avec l’intime conviction que la 3D du film avait été nulle. Mais lors de second mon visionnage rien de tout ça, et j’ai même apprécié certains plans. Après quelques réflexions je pense que la 3D est finalement assez bien maîtrisée mais peut être pas utilisée de façon optimale. En effet soit elle est très visible comme avec le plan du croiseur du Premier Ordre que tout le monde aura remarqué. Soit complètement invisible. Peut-être qu’elle aurait pu être mieux utilisée que dans « simples » plans fixes ou dans des scènes ayant peu d’importance. La bataille de fin par exemple (alors que la Tranchée aurait pu être une bonne base de travail pour une séquence en 3D époustouflante) ne contient que peu de profondeur et les combats étant presque en arrière-plan cela n’aurait pas été pertinent. Comme j’ai pu voir certains critiques le résumer: Abrams fait des « effets 3D brutes » et non des « scènes avec de la 3D ». Dommage.

Les Moins:
– Comme je l’ai déjà suggéré dans la partie Scénario la bataille finale contre le Starkiller est à mes yeux complètement loupée. Véritable mixe entre la bataille de Yavin pour le côté spatiale et la bataille d’Endor pour l’aspect infiltration et désactivation de bouclier elle ne parvient pas à sa fin ni d’un côté ni de l’autre. La bataille « spatiale » tout du moins avec des vaisseaux est très courte, pratiquement en arrière-plan et se révèle même inefficace scénaristiquement parlant. On est tellement loin de l’attaque de l’Etoile Noire, les vaisseaux en formation, qui réagissent de façon cohérente à leurs adversaires et bien sur la mythique scène de la Tranchée et sa tension à couper le souffle. Rien à voir non plus d’ailleurs avec la superbe démonstration de vol de Poe pendant l’attaque précédente du village de Maz. Là tout va trop vite, de trop loin ou de trop près, ça donnerait presque le tournis. On voit pas de « combat » ou de vol à proprement parler comme on le voyait dans Episode IV ou même dans l’attaque précédente de la Résistance. Bref pas de vraies bataille spatiale donc. Ni de vraies scènes de vol dans cette partie du film.
Quant à l’aspect infiltration/sauvetage il est lui aussi complètement foiré la faute à ce bouclier ridiculement facile à désactiver et à cette scène ultra-prévisible de la mort de Han Solo qui coupe l’action en deux.
– J’enchaîne donc tout de suite avec cette fameuse scène où SURPRISE Han Solo meurt. Bon alors déjà les vrais fan de StarWars savent depuis les premiers making-of du Retour du Jedi dans les années 80 puis dans le documentaire « L’Empire des rêves » que Harrison Ford voulait que Solo meurt au début Retour du Jedi pour sauver ses amis. Lucas n’a réussi que très difficilement à le persuader du bien fondé de son intrigue et à le faire re-signer (et heureusement). StarWars VII étant déjà une « surprise » en soi dans le monde du cinéma et de cette saga clôturée depuis longtemps, c’est donc presque naturel que Han Solo ne finisse pas le film. Donc rien de bien surprenant. Mais le plus grave c’est l’esthétique donnée à la scène qui la spoil intérieurement. Cette obscurité avec un puits sans fond au milieu et même un trait de lumière sur Solo juste avant qu’il meurt… Sérieux? Plus cliché et prévisible que ça c’est compliqué. D’autant plus que l’environnement fait déjà écho à des scènes systématiquement dramatique dans StarWars: Le combat où Luke perd contre Vador sur Bespin, puis celui de la mort de l’Empereur, puis la mort de Dark Maul… Dans StarWars un puits sans fond = un mort ou un désastre.
– Bon on va pas se mentir Snoke est clairement laid. Je sais bien que c’est fais exprès parce que c’est le méchant mais par là j’étend là qu’il est mal fais et/ou mal montré à l’écran. C’est d’autant plus étrange d’avoir choisi de faire un méchant uniquement en images de synthèse alors que Abrams semble plutôt limiter au maximum les effets numériques et privilégier les vrais costumes. Au vue du film VII uniquement erreur de parcours mais à voir comment Snoke va être gérer dans les prochains opus.
– Rapidement petit point qui m’a un peu étonné, Abrams fait des élipses monumentales pendant les voyages en hyperespace plutôt que de s’en servir pour développer des personnages comme Lucas le faisait dans sa Trilogie (dans le IV ObiWan a le temps de faire faire des exercices à Luke pendant le voyage et dans le V la relation entre Han et Léia a le temps de se développer). On dirait presque qu’il ne s’agit d’un « voyage en vitesse lumière » mais juste d’un bond dans un trou de ver.
– On ne trouve dans StarWars VII aucun vrai nouvel environnement, ce qui est vraiment dommage quand on connait les moyens techniques dont dispose le cinéma moderne. Lucas dans sa Trilogie n’avait pas forcément le choix quant au nombre et à l’excentricité des décors, Abrams si. Du reste dans la Prélogie Lucas s’est employé à montrer aux spectateurs de nouveaux type de planètes qui n’avait pas été montré à l’écran: une cité-ville avec Coruscant, une cité sous-marine avec Otoh-Gunga, la planète Kamino où il pleut tout le temps et bien sur Mustafar et ses torrents de lave.
Malgré tout les décors du VII à défaut d’être originaux et novateurs sont tous magnifiques mais trop peu exploités à mon goût.

Pourquoi on ne les voit pas aussi bien dans le film les nouveaux croiseurs?

Pourquoi on ne les voit pas aussi bien dans le film les nouveaux croiseurs?

 

Acteurs / Personnages :
Les Plus:
– Sans conteste le point fort de StarWars VII. La plupart des acteurs jouent bien et les personnages ont globalement une bonne (voire très bonne écriture) et ce même alors qu’ils sont des archétypes calqués de la Trilogie. Autre point également, ils passent aussi plus de temps à « fuir » ou « survivre » que de temps à « sauver la galaxie », surtout si on compare avec les épisodes IV, V, VI, mais cela reste quand même cohérents et bien structurés.
– Rey est une réussite d’écriture presque totale. Elle est à la fois un personnage féminin fort tout en ne donnant dans aucun stéréotype qui s’applique souvent à cette idée. Elle reste féminine, refuse qu’on lui dise quoi faire mais excepte l’aide d’un homme si c’est nécessaire etc etc. La relation entre Finn et Rey semble être partie pour encore plus intense et complexe que celle entre Léia et Han qui avait chacun une influence claire l’un sur l’autre. Rey fait aussi ressortir le meilleur chez Finn mais celui-ci avait déjà choisit son camps avant de la rencontrer. De la même façon Finn donne une raison à Rey de se libérer de son passé pour autant elle suit son destin jusqu’à Luke Skywalker. Bref.
– Venons-en à Finn donc. Lui aussi se révèle bien écris et pensé. Déjà il est assez rare de voir un héros se repentir en début d’histoire, cela semble être plus indiqué au milieu ou à la fin. Pourtant cela permet ici (entre autre) de voir son point de vue devenu « neutre » et absolument pragmatique sur la situation. Il pense à ce qu’il a vécu dans le Nouvel Ordre et ses connaissances deviennent des informations stratégiques comme il se doit, tant sur le chances de remporter tel ou tel affrontement mais également pour détruire le Starkiller. Il tombe également immédiatement sous le charme de Rey (peut-être l’habitude vu qu’il était commandé par Phasma avant!) et on a donc hâte de voir leur relation évolué. Sa relation d’amitié avec le pilote Poe est aussi très réussi. Globalement toutes ses interactions avec d’autres personnages sont bien travaillées. Et puis un stormtrooper comme personnage principal et héros de la première partie c’est quand même beau!
– Le pilote Poe Dameron lui aussi est très bien joué même si on lui accorde un peu moins de temps qu’aux autres. L’acteur Oscar Isaac que j’avais adoré dans Ex Machina fait du peu d’information qu’il a un boulot d’interprétation excellent!
– Même BB8 qui pourtant ne m’inspirait dans les bandes-annonces qu’un design conçu pour plaire aux très jeunes enfants est finalement bien réussi. Il est seul et on ne retrouve donc pas un duo de robots complices (peut-être la seul vrai différence avec la Trilogie d’ailleurs!) mais est travaillé pour avoir une personnalité complexe et attachante. Enfin, même s’il a également une mission semblable à celle de R2-D2 dans Episode IV, sa complicité avec Rey est différente de celle que Luke entretenait avec R2. Donc bravo pour avoir fait d’un design clairement Playskool un personnage plutôt intéressant.
– Évidement quelle joie immense de revoir les anciens acteurs même si leur relation semble étrange, presque factice, et ce malgré les explications données. Je pense que l’on ne nous donne pas (encore) assez d’éléments sur les 30 ans qui se sont passé pour qu’on puisse vraiment être en empathie avec eux. En effet Han et Léia ont perdu leur fils mais nous le raconte on ne le voit pas. Ce qui n’a rien a voir avec une chute « en direct » du coté obscure comme Anakin dans Episode 3. Et le départ de Luke même s’il se comprend reste une réaction un peu excessive et irresponsable sachant que le Premier Ordre et Ren seraient sous peu des menaces pour la galaxie.
– Enfin le dernier gros morceau! Kylo Ren! Alors oui comme beaucoup j’ai trouvé qu’il manquait de profondeur, de charisme, de pouvoir tout simplement même si sa défaite éclair contre la novice Rey trouve sa source ailleurs. Néanmoins… Et si tout cela n’était pas fait exprès? En réalité il est probable que le personnage de Kylo soit (en plus d’être un antagoniste) une métaphore de ce que Abrams et les scénaristes n’arriveront jamais à faire. En effet Kylo a peur d’être plus faible que son grand père Dark Vador. Comme lui les scénaristes et Abrams savaient très bien qu’il serait impossible d’arriver à créer un « méchant » aussi inoubliable que l’est Dark Vador. Aussi ils ont tout naturellement pris le parti de faire ce personnage immature, un peu ridicule et pathétique qui s’efforce d’exister dans l’ombre de son aîné. Ce petit tour de passe-passe s’il continue à être maîtrisé dans les prochains films évite du même coup une trop comparaison entre Kylo et Vador (là où Snoke lui est très mal écris et n’arrive pour le moment pas à la cheville de l’Empereur) et lui donne une identité propre. Kylo adule Vador comme un fan et lutte contre lui-même coûte que coûte pour rester du côté obscur. Nouveau et intéressant. L’acteur lui par contre est assez quelconque et aurait peut-être mérité d’être un peu plus âgé vu ce qu’il a déjà accompli dans le passé en étant l’élève de Luke puis de Snoke.
– Petite digression en passant. Il est quand même intriguant de voir à quel point les personnages sont globalement travaillés et réussis quand l’intrigue elle n’est qu’un calque banal, peu original et sans réelle innovation de la Trilogie originelle. Étrange mélange entre réussite d’une part et bâclage de l’autre.

Les Moins:
– Malgré une ribambelle d’acteurs en forme et des personnages plutôt bien pensés (ce même s’ils sont eux-même ancrés dans une structure narrative peu originale) on a quand même quelques problèmes très flagrants. Commençons par le Général Hux tellement peu crédible en blondinet autoritaire. Version jeune du Grand Moff Tarkin il est tellement loin du jeu de Peter Cushing, tellement ridicule, tellement inutile. Il n’est là que pour énerver Ren qui n’a pas besoin de cela pour se mettre en colère. Bref, j’aurai préféré qu’il meurt sur le Starkiller. Le personnage de Maz Kanata est elle aussi assez ratée car n’étant qu’une copie orange de Yoda sans en avoir le charisme, l’importance scénaristique ou le rôle de mentor. Le fait de rajouter un personnage en 3D intégral au milieu de superbes décors, prothèses et costumes est aussi assez idiot car on ne voit plus que ça. Même constat pour Snoke (aka l’Empereur 3.0) qui est lui aussi en 3D intégral. C’est dommage alors que Abrams cherchait visiblement à respecter le travail d’origine, l’aspect organique des aliens etc. de proposer LE méchant principal de la trilogie entièrement en numérique.
– Le Capitaine Phasma (joué par Gwendoline Christie) est probablement un des personnages les plus inutiles que je n’ai jamais vu au cinéma. Toute cette promotion autour de cette actrice en vogue mise au casting pour juste CE rôle de figuration. Au moins dans X-Men Day of future past, Peter Dinklage (pour le lien avec Game of Thrones) avait un rôle majeur dans l’intrigue et il était donc normal qu’on le mette en avant pendant la promotion du film… mais là non… De plus même s’il est clair qu’ils ont tenté de nous faire rappeler Boba Fett il ne faut pas oublier que lui apportait quelque chose de réel à l’histoire même s’il est discret à l’écran. Déjà c’est le premier chasseur de prime que l’on voit réellement et il fait le lien avec le fait que l’Empire les utilise pour traquer les rebelles. C’est lui qui arrive à poursuivre Solo et a informer Vador qu’il est sur Bespin et bien sur c’est aussi qui emmène Solo à Jabba. Bref. Là Phasma donne juste deux-trois ordres lambda, se fait capturer, appuie sur un bouton et bye bye le personnage pour le film. Alors oui peut-être qu’elle reviendra mais bon faudra sacrément le travailler (et expliquer comment elle a survécu à l’explosion) pour qu’elle devienne un minimum intéressante. En plus il était inutile de faire un tel personnage féminin « fort » (si ce n’est pour en mettre un dans chaque camp) car elle est loin de la force de caractère de Rey. A la limite il aurait mieux fallu que le Général Hux soit une femme ça aurait été plus intéressant.
– Finn souffre d’un très léger cliché, celui du déserteur (/lâche, vaurien) qui devient gentil grâce à son amour pour l’héroïne. Ce n’est pas de la faute du personnage mais plutôt du fait encore une fois que le scénario soit calqué sur la Trilogie. Ici c’est la relation Han/Léia qui se dépeint entre Rey et Finn au point même qu’ils sont séparés à la fin du VII comme les précédents l’étaient à la fin du V.

Star-Wars-7-Trailer-Photo-Stormtroopers

 

Bande Originale / Bruitages :
– John Williams où es tu?
En soi la bande originale de StarWars VII n’est pas mauvaise… elle est juste pas du tout marquante et passe complètement inaperçus, d’autant plus si on compare avec ses autres travaux. Aucun thèmes majeurs ne sort du lot ou reste en tête et j’ai trouvé les musiques globalement si effacées que je les ai oublié après la première écoute. Où est donc le temps de l’Imperial March, de Duel of the fates, des BO épiques ayant lieu pendant les batailles de Yavin, Hoth et Endor?… Que va t’on réellement pouvoir siffloter de StarWars VII plusieurs mois après l’avoir vu? Réponse: Rien.
Comme j’ai vu le film une deuxième fois j’ai pris le temps de me concentrer parfois sur les musiques qui passaient au milieu de tous les tirs de lasers et les explosions. Puis, après la séance, je suis aller réécouter les OST sur le net pour me rendre compte de ce que John Williams avait fais exactement. Même si on est quand même bien loin de son travail habituel les thèmes de Rey, Poe et Kylo (même si je ne suis pas sur qu’ils s’appellent tous réellement comme ça) sont particulièrement soignés. Celui de Rey s’entend nettement au début du film, celui de Poe pendant l’attaque du village de Maz et Kylo… bah je ne sais plus du coup puisque, encore une fois, aucun thème ne ressort à des moments marquants comme Duel of the fates par exemple qui marquera à jamais la première apparition de Dark Maul.
Mais alors si ces thèmes sont pas mauvais pourquoi l’avoir rendu presque inaudible alors? Abrams pourquoi?! Je veux dire la première fois qu’on voit l’Entreprise de loin la musique est géniale, elle marque le passage à vie, on s’en rappelle… alors pourquoi avoir pas fait la même chose ici ? Alors que StarWars historiquement parlant et par essence c’est l’exploitation à 100% d’un orchestre symphonique, c’est les envolés épiques et les thèmes sombres et lancinants… Je suis déçu profondément par ce gâchis vis à vis de l’ambiance musicale des SpaceOpéra qu’a toujours eu StarWars.
– Du coup bah les bruitages et effets sonores sont super c’est évident mais bien trop présent du fait de l’action brute elle aussi bien trop présente dans StarWars.
– Mention déplaisante et triste pour le doublage de C3PO et d’Anthony Daniels. Celui-ci était jusque là assuré par le mythique Roger Carel et, même s’il n’y est pas pour grand chose, monsieur Jean-Claude Donda qui le remplace n’arrive pas à sa cheville et m’a déstabilisé. Du coup les quelques interventions du droïd en VF m’ont fortement irritées. Heureusement que je l’ai vu une seconde fois en VO.

news_illustre_1419552222_586

 

Debrief du film:
En bref donc un épisode en demi teinte pour moi. Pas mauvais mais qui compte tenu du scénariste Lawrence Kasdan, de JJ Abrams, du retour des vieux personnage aurait pu être tellement tellement mieux!
Il est dans l’ensemble très sympathique mais souffre d’irrégularités, il a des aspects très positifs comme très négatifs.
Le scénario comporte quelques idées originales éparpillées mais se contente globalement d’être un calque narratif, parfois à la scène près, des épisodes IV, V et VI ce qui est à la fois fidèle certes mais trop semblable. L’idée d’une nouvel super-arme encore plus grosse est symptomatique d’un manque d’idée et d’une certaine surenchère vis à vis du grand public.
Les personnages et les acteurs sont la force principale du film malgré un « Empereur-Bis » tout numérique de mauvais gout et un Kylo Ren mal interprété par beaucoup.
La réalisation est bonne mais bien trop nerveuse pour un Space Opéra. Les plans plus calmes et contemplatifs sont trop peu nombreux au profit d’une action débridée qui laisse peu de place au grandiose, à l’épique.
Enfin sans être mauvaise, la BO, pourtant de John Williams, ne marque pas les esprits et est rendu dispensable trop en retrait derrière les tirs et explosions des scènes d’action.
Un bon film donc mais qui frôle dangereusement avec la fainéantise en terme de scénario et qui s’approche bien trop d’un film d’action « lambda » uniformisé et lisse mais estampillé StarWars. StarWars c’est aussi les plans large de l’espace, le mythe de l’inconnu, le grandiose de nouveau environnements etc. et on ne retrouve tout ça que très peu ici. Plus un film ressemble à un autre et moins on s’en souviendra et j’ai peur que L’éveil de la force soit typiquement dans ce cas de figure. A en noter dans cette idée que le merchandising d’ailleurs se fait au moins autant (si ce n’est plus) sur les anciens films et Dark Vador que sur l’épisode VII en lui même et Kylo Ren.
Un épisode qui je l’espère est un épisode de transition entre le Retour du Jedi et Episode VIII qui lui, s’il est bien travaillé, aura peut-être la possibilité d’apporter de vrais nouvelles choses à la Saga StarWars et marquer les mémoires.
Note: Entre 14 et 15,5 /20
(NB: Note provisoire car système de notation en cours de refonte/réflexion)

PS: A la base j’avais également prévu quelques apartés ayant pour base le contexte marketo-culturel dans lequel Star Wars VII est sorti (et par extension parfois sur la geek-pop culture) et aussi le rapport entre Disney et l’Univers étendu (aujourd’hui baptisé Légende). Mais compte tenu du temps qu’il m’a fallu pour finir celui-ci et sa taille je ferai un (ou plusieurs) article à part entière plus tard.

Advertisements
commentaires
  1. Dionysos dit :

    Eh bien, que c’est détaillé, bravo.
    Par contre, au vu de l’équilibre entre les plus et les moins, en effet, la note risque d’évoluer… vers un 10 de rigueur ? 🙂

    • maedhros909 dit :

      Merci 😉
      Non pas à ce point là quand même! Il y a pas mal de points positifs aussi :p C’est toujours un peu plus long de justifier des points négatifs c’est tout 🙂
      En fait j’essaye de faire un système sans note numérique avec des barres, type notation relatives.
      Si j’en crois mes pourcentages autour des barres et si je fais une moyenne brute (même si ça n’a du coup plus beaucoup de sens de faire ça) il tourne entre 13,5 et 14,5 selon comment je suis énervé ou pas avec la politique marketing de Disney du moment^^

    • maedhros909 dit :

      C’était bien pire si tu regardes mes articles sur le Hobbit 🙂 Y’a presque que du négatif et il doit finir autour de 14 🙂

  2. rp1989 dit :

    Je n’ai pas vu ce film au ciné car trop de battage médiatique. Mais je veux bien croire qu’il y ait certains éléments intéressants et bien faits. Et d’autres moins.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s