Batman: Des cris dans la nuit, de Goodwin & Hampton

Publié: 2 mai 2016 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , , ,

batman-des-cris-dans-la-nuit

 

Scénario: Archie Goodwin
Dessins: Scott Hampton

Alors que James Gordon accède enfin au poste de commissaire de police, un nouveau fléau hante les rues de Gotham City.

En pleine guerre contre la drogue, les forces de l’ordre découvrent plusieurs victimes d’assassinats particulièrement violents.

Parmi les témoins de ces meurtres, un enfant décrit le coupable : il s’agirait de Batman, le mystérieux justicier et allié de Gordon…

 

 

A l’instar de Batman: Arkham Asylum nous revoilà plongé dans l’univers du Chevalier Noir mais avec une approche plutôt originale tant au niveau visuel que scénaristique.

Commençons par les dessins tout d’abord.
N’ayant guère de compétences en dessins ou peintures je serai bien incapable de distinguer en quoi exactement ils diffèrent de ceux de Asylum. Certainement que le style artistique n’est pas la même ou que le type de peinture est différent. Quoiqu’il en soit, bien qu’ils ne se ressemblent pas, le ressenti lui est globalement le même pour le lecteur: Batman est porté au rang d’oeuvre d’art, les cases du Comics/BD au rang de véritables tableaux.
Le format même de l’édition diffère puisque le volume mesure quelques centimètres de plus en largeur que tous les autres comics que j’ai pu avoir jusqu’alors (y compris Asylum).
Le style est très épuré, très sombre. Les jeux de lumières et de couleurs sont omniprésents, forment le cœur du travail du dessinateur et soutiennent le récit. Mr Hampton apporte sa vision personnelle à l’univers de Batman, son costume et le visuel des autres personnages. Le tout est extrêmement agréable, et chaque page est un nouveau tableau à admirer. Je vous laisse en juger rien qu’avec la couverture.
Seul bémol peut-être qu’on pourrait signaler: des visages parfois un peu étrange, presque bâclés qui contrastent avec des décors souvent précis et méticuleux.

Côté histoire nous ne sommes pas en reste!
L’intrigue est montée comme une enquête de polar ultra-sombre et glauque. Certaines pages ne feraient pas fausses notes dans le film « Seven » ou d’autres œuvres au ton identique.
Les figures de styles et métaphores sont légions, et il serait bien trop long de toutes les citer, mais la plus importante (comme le titre l’indique) est celle des cris et du traumatisme. Qu’il s’agisse des cris des chauves-souris, de certaines victimes ou de certains personnages, les miroirs psychologiques se multiplient et mettent en relation certaines facettes privées ou publiques des héros. Les personnages sont mis littéralement à nus psychologiquement. Bruce, traumatisé depuis tout jeune, n’est pas le seul enfant à être « maltraité » d’une façon ou d’une autre. Il est même involontairement la source d’un traumatisme qu’il se fera un devoir de soigner. Dans la même idée, le Commissaire Gordon rongé par le mal de Gotham et l’enquête en cours est un homme tourmenté. Il finit par reproduire les erreurs de son propre père en devenant violent envers son propre fils avant d’admettre avoir besoin d’aide psychologique.
Le final est peut-être un peu prévisible même si le tout reste cohérente.

Vous l’aurez compris « Des cris dans la nuit » est un excellent volume atypique et original.
Très recherché artistiquement et profond dans l’intrigue, il mérite donc toute votre attention!
Note: 17/20

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Tellement à lire et si peu de temps :).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s