Wytches T1, de Snyder, Jock, Hollinssworth

Publié: 19 juillet 2016 par maedhros909 dans Comics et Romans Graphiques, Littérature
Tags:, , , , , ,

wytches coverScénario: Scott Snyder
Dessins: Jock
Couleurs: Matt Hollingsworth

À travers la planète, siècle après siècle, des femmes et des hommes suspectés de sorcellerie furent brûlés vifs, noyés, pendus, torturés, emprisonnés, persécutés, assassinés. Si aucun de ces malheureux n’a jamais été sorciers ou sorcières, ils sont cependant morts en protégeant un terrible secret : celui de l’existence des véritables sorcières. Des entités ancestrales, sauvages et insatiables pour quiconque pactisera avec elles.

De nos jours, après un épisode tragique durant lequel leur fille Sailor fut victime de harcèlement, la famille Rooks choisit de déménager et de se reconstruire en paix, loin de cette pénible expérience. Leur proximité avec la forêt environnante va cependant les exposer à un mal plus ancien que l’humanité…

 

A bien des égards Wytches est pour moi une pure réussite.
Je dirai même presque que c’est une « vraie adaptation » d’un univers « Lovecraftien » à l’époque moderne en Comics réussie, contrairement au Neonomicon que j’ai trouvé en demi-teinte. Presque cependant, car même si cela son « esprit » est présent ce n’est clairement pas la principale ou la seule influence de Snyder. L’influence de Stephen King entre autre est bien plus présente via des thématiques utilisées et présentes fréquemment dans ses œuvres.

Quelles sont donc les grands points forts de ce Comics par rapport aux classiques super-héros?
Et bien déjà il s’agit d’épouvante, et c’est un genre assez peu représenté encore sur ce média. Ensuite (et surtout!) il s’agit d’une nouvelle licence qui ne poursuit ou ne modernise aucune Saga. Enfin la réflexion sur les « Sorcières » qui est particulièrement intéressante et originale. En effet Snyder donne au terme « Sorcière » une signification toute nouvelle dans son univers. Il ne s’agit pas de simples femmes aux pouvoirs surnaturelles vouant leur vie à Satan mais de créatures aussi mystérieuses qu’anciennes.

Au niveau de l’intrigue.
Le Comics est dans l’ensemble assez violent. Mais la violence en épouvante n’est pas que physique loin de là. La violence est aussi et surtout psychologique et c’est un des points centraux du récit. Traumatisme, dépression, confiance en soi, remise en question de sa santé mentale, persécutions, sentiment d’impuissance etc. Autant de thèmes abordés et mis à l’épreuve du fantastique dans le volume.
Autre sujet récurent chez les auteurs « classiques » d’épouvante, les relations et tensions familiales. Il est vrai que le sujet est un peu caricatural compte tenu que l’héroïne est une adolescente et donc que par définition elle est en conflit contre l’autorité. Pour autant la complicité qu’elle a avec son père et l’enchaînement des événements rendent les évolutions de leurs relations intéressantes.
Enfin derniers sujets récurrents (en particulier chez Mr King donc) le sentiment d’impuissance et l’alcoolisme. Toute personne ayant lu ou vu une adaptation de Stephen King sait probablement que la boisson est un thèmes quasi systématiques dans ses livres. Snyder souligne donc cette « influence », peut-être un peu trop parfois, mais il en résulte tout de même pour le lecteur de Wytches (comme chez King) un sentiment d’insécurité exacerbé par la fragilité émotionnelle et physique liée à l’alcoolisme d’un personnage.
Le retournement de situation est un peu facile et attendu mais la fin « douce-amère » elle, quoique logique et prévisible, reste assez rare pour être soulignée.

En ce qui concerne les dessins maintenant.
Et bien, je dirai que je suis partagé. Globalement rien de méchant à reprocher, c’est quand même extrêmement soigné et travaillé cela ne fait aucun doute. Mais il y a un petit quelque chose qui m’a manqué.
Le style graphique très particulier, presque brouillon au crayon, fait écho à l’épouvante, à l’urgence de la situation. De plus les couleurs semblent se dégrader au fil du volume comme s’il sombrait lui aussi dans l’horreur de la situation. Malheureusement le tout est rendu par une mise en page que je trouve assez « classique » du Comics alors que lui même ne l’est pas. Les cadres et les vues montrés par le dessinateurs semblent aussi très classiques, très cinématographiques assurément, mais typiques du genre. Peut-être que j’aurai plus accroché si j’avais vu justement des angles de vue, des visions hallucinantes qui m’auraient dépaysé du visuel classique cinématographique du thriller d’épouvante/horreur un peu dark, un peu grunge. Trop sage visuellement peut-être. Et même si le jeu sur les couleurs m’a plu il n’est pas suffisant (en plus de fatiguer un peu les yeux si on n’y prend pas garde).

pax-romana-115555

En bref donc une bonne surprise de l’année passée et un des « Indépendants » les plus appréciables dans le petit monde des Comics. Bien sur, en terme d’épouvante on peut toujours trouver bien mieux en roman, mais sur ce média la chose s’avérera sans doute beaucoup plus complexe.
Wytches a de nombreuses bonnes idées, un scénario assez travaillé qui malgré ses défauts et ses influences un peu trop visibles ne se contente pas de clichés du genre pour avancer.
Je ne peux que le conseiller!
Note: 17,75/20

Publicités
commentaires
  1. rp1989 dit :

    Aimant l’univers des sorcières, ce comics devrait me plaire.
    Bonne critique!
    Bisous à toi!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s