Le Hobbit, Un voyage inattendu (par Peter Jackson)

Publié: 16 décembre 2012 par maedhros909 dans Cinéma, Fantasy
Tags:, , ,
Thorin Ecu-de-chêne

Thorin Ecu-de-chêne


Le hobbit : Un voyage inattendu
, de Peter Jackson (sorti le 12/12/2012)
Avec : Ian McKellen, Martin Freeman, Richard Armitage
Durée : 2 heures 50

Résumé :
Le troisième âge de la Terre du Milieu bat son plein.
Le Royaume des Nains d’Erebor, construit entièrement sous la montagne solitaire est à l’apogée de sa puissance. Les nains de Thrór et de son fils Thráin prospèrent et amassent des richesses sans fin dans les profondeurs de la Terre.
Cette richesse attirent le dernier des grands dragons d’antan Smaug le Terrible qui dévaste le Trône d’Erebor et consume dans les flammes la ville de Dale. Privés de leur royaume les nains errent en Terre du Milieu et sont attaqué par Azog, le chef des Orques des monts Brumeux qui tue Thrór et Thráin déclenchant une guerre entre les Nains et les Orques.
Bien des années plus tard, Thorin Ecu-de-Chène fils de Thráin aidé par Gandalf le magicien et 12 compagnons nains, se lance dans la reconquête de son royaume. Gandalf embauche un Hobbit pour compléter la compagnie, Bilbon Sacquet. D’abord réticent, il succombe à l’appel de l’aventure et se montrera un compagnon plus précieux qu’il n’y parait.
Alors que la compagnie de Thorin fait route des ombres s’insinuent à nouveau d’Est en Ouest, menaçant la fragile paix de la Terre du Milieu depuis la défaite de Sauron, le seigneur des ténèbres (et des anneaux).

Histoire / Scénario / Script :
Les Plus :
– L’histoire de « Bilbon le Hobbit » est globalement respectée, le résumé sur l’histoire d’Erebor est très bien fait, l’ensemble est fidèle autant que possible et on retourne assez facilement en Terre du Milieu malgré un très large nombre de libertés prises sur le roman qui aurait tout aussi bien rendu en restant fidèle à l’œuvre originale (Pourquoi Azog et pas Bolg? Et pourquoi tout de suite? ; Pourquoi se déplacer sur les géants et pas juste avoir peur des « rochers perdus »? Pourquoi faire faire de l’escrime à Gandalf alors qu’il pourrait projeter des éclairs avec Glamdring ce qui aurait été au moins aussi impressionnant si ce n’est plus encore! ‘fin bref Pourquoi certains choix inutiles comme cela?)
– Les orques parlent en orques, les gobelins en gobelin, les elfes en elfique, les nains en nains et personne n’aura rien à reprocher à cela bien au contraire !
– Se rappeler d’où vient et ce qu’est vraiment l’épée de Gandalf, Glamdring, quand on connaît le Silmarillion ca n’a pas de prix.

Les Moins :
– L’histoire du Trône d’Erebor est en effet très épique, la reconquête a toujours été un thème fort dans l’Histoire et les grandes légendes médiévales, et c’est encore plus vrais quand c’est des nains qui pètent la classe au combat qui s’y collent.
Néanmoins il me semble que le livre qui est deux fois moins épais qu’un seul tome du Seigneur des Anneaux est trop léger pour justifier deux films.
– On est forcé de constater que Orlando Bloom (Legolas) n’est pas le seul à déclamer des phrases clichées et sans grand intérêt.

Les Plus ou Moins (selon les spectateurs) :
– Récupérer des informations dans le tome 3 des « Histoires de la Terre du Milieu », « les Contes et Légendes Inachevés » et les appendices du « Seigneurs des Anneaux » et les regrouper dans l’ordre chronologique (pour ce qui se passe pendant « Bilbon le Hobbit ») peut sembler être une bonne idée. En effet pour le connaisseur moyen de Tolkien cela lui apportera un sentiment nouveau, presque comparable à celui de la lecture du « Silmarillion », une sensation de profondeur au récit. Malheureusement pour le fan ou le connaisseur cela semblera bien fade car complètement sous-traité, presque là comme « background » à l’histoire de Bilbon. Un Background que n’appréciera pas non plus le néophyte qui y trouvera des longueurs et se perdra dans Dol Guldur sans y comprendre ni logique ni lien direct avec la compagnie des nains. Bref pour Dol Guldur et le Roi-Sorcier d’Angmar passez votre chemin et privilégiez les livres ou même le jeux vidéo « La Guerre de l’Anneau » qui vous apporteront plus d’informations et de compréhension à ce sujet.

Réalisation / Rendu visuel / Effets spéciaux :
Les Plus :
– La Nouvelle-Zélande est toujours belle et toujours aussi bien filmée. Des images extérieures à couper le souffle même en les ayant déjà vues dans le Seigneur des Anneaux.
– Même si la Comté et Fondcombe n’apparaissent pas longtemps, les décors sont toujours aussi bien faits.
– Ôh joie de voir le Royaume des Nains qui est merveilleusement retranscris.
– Une armée de nains chargeant dans un tas d’orque, vous en aviez rêvé après le Seigneur des Anneaux ? C’est chose faite !

Les Moins :
– Une 3D plus inutile que jamais (peut-être la pire qu’il me fut donné de voir, si on enlève les lunettes pendant le film c’est pratiquement pas gênant!)
– Après la polémique du 48images par seconde, le résultat laisse perplexe. Selon les spectateurs certains trouveront cela plus réaliste, d’autres plus faux (comme si tout avait été en images de synthèse), d’autres encore auront l’impression de voir un téléfilm à la qualité de l’image. Pour ma part j’y ai vu un petit plus en réalisme pour les décors etc et une sensation d’image de synthèse pour les visages des acteurs ; je reste perplexe sur le fait que ce soit « l’avenir du cinéma » comme a dit Peter Jackson.
– Quelques plans copier/coller du « Retour du Roi » par exemple : rochers sur tour de Minas Tirith = boule de feu sur tour de Dale.

Acteurs / Personnages :
Les Plus :
– Les personnages de Gandalf, Thorin et Bilbon sont très bien joués par leurs acteurs respectifs.
– Les Guests (pas tous) font plaisir. Christopher Lee a l’air plus en forme que dans « Dark Shadows » et ça c’est trop bien !

Les Moins :
– Dans le film, Bilbon n’est pas le personnage principal. Dans le livre tout est décris selon ce qu’il voit, entend, ressent au cours de son extraordinaire voyage ce qui en fait le personnage principal de l’œuvre même si il ne participe pas à tous les combats etc. Cela n’étant pas possible en film, Bilbon est relégué derrière Thorin et loin derrière Gandalf qui, à mes yeux, est le vrai personnage principal du film. Coup dure pour JRR.
– Des personnages très clichés, presque caricaturaux. J’ai beau savoir que c’est Tolkien qui a pour beaucoup d’entre eux créé ces « clichés » de la Fantasy (nains = bière ; elfes = salade) mais quand même. Ce qui est crédible en livre ne l’est pas en film et nuis beaucoup aux personnages du film.
– L’interprétation de Radagast le Brun est littéralement un scandale pour tout ceux qui ont lu le livre!
Décris sobrement comme spécial, solitaire et proche de la nature dans le livre, on le découvre là shooté aux champignons, habitant dans une cabane à mi-chemin entre la hutte de Yoda et une cabane lambda dans un arbre et se déplaçant sur un traineau tiré par des lapins géants… Ca fait longtemps que j’ai pas relu Bilbon le Hobbit mais je n’ai vraiment pas le souvenir de ça! Beorn tu es le prochain à apparaitre alors serre les fesses et prie pour que tu sois pas broyé dans une telle caricature.
– L’incorporation complètement inutile de Galadriel (car il n’y aucun personnage féminin sinon). J’estime que dans les films de Jackson (tous), et même une partie des livres « les plus connus » de Tolkien, ce personnage ôh combien ancien, important et puissant a été réellement laissé-pour-compte (si ce n’est quand elle frôle l’Anneau en sous-entendant qu’elle serait très puissante avec).

Bande Originale / Bruitages :
Les Plus :
– La Bande Originale de Howard Shore toujours aussi exceptionnelle, le thème « des nains » est fabuleux, rien à dire, juste l’écouter encore et encore et encore.

Les Moins :
– Le célèbre Cri Wilhelm est un peu « trop » visible quand il est mis.

Thorin et Cie !

Thorin et Cie !

Debrief du film :
Bilan mitigé pour « Le Hobbit ». Convaincra et plaira aux amateurs du genre mais ennuiera les néophytes et laissera un peu perplexe les experts.
En tant que lecteur assidu, fan du genre, adepte de Tolkien et tout ce qu’on voudra, j’ai aimé le film, aimé voir des choses qui me parlent, des choses dont j’aurai pu rêvé comme une armée de nains (vivement la fin du 2e film) mais cela a bien du mal à compenser (contrairement aux « Seigneur des Anneaux ») les quelques énormités (pauvres Radagast et Galadriel surtout) qui trainent par-ci par-là et les nombreuses longueurs liés à un background riche à la fois sous-exploité et trop exploité. Je suis peut-être un peu dure mais si je le suis, les fils Tolkien déjà outrés par la trilogie du Seigneurs des Anneaux vont certainement être triste et en colère comme jamais.

Note : 14,5/20

Advertisements
commentaires
  1. […] Le Hobbit, Un voyage inattendu (par Peter Jackson) […]

  2. […] que son ombre elle aussi ? Pas de réponse à ces questions mais le constat est là. Autant dans Le Hobbit c’était parce que dans le livre il n’y en a pas, autant là c’est moins facile […]

  3. […] d’abord une première chose: je ne referai pas ici la critique du film. Mais par pitié cessez de mélanger les deux par respect pour Mr. Tolkien. Je trouve que cela est […]

  4. rp1989 dit :

    Critique très complète et très intéressante!
    A voir la deuxième partie.
    Peut-être faut-il se dire que l’essentiel est que l’univers de Tolkien soit connu?
    A débattre.

  5. […] sa longueur quasi-scandaleuse et un chef d’œuvre visuel et scénaristique (contrairement à Bilbon partie1) et rafle onze oscars en 2004. Peter Jackson devient une légende pour avoir réussi à […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s